Dopage : l’ancien cycliste Jésus Manzano dit tout

L’ancien coureur cycliste espagnol Jésus Manzano, qui avait dénoncé en 2004 les pratiques de dopage du médecin Eufemiano Fuentes, a collaboré à l’enquête qui s’est soldée par cinq arrestations cette semaine en Espagne, affirme dimanche le journal El Pais. La déclaration de l’ancien coureur de l’équipe Kelme datant du 6 avril 2004 devant le procureur italien Raffaele Guariniello à Turin (nord de l’Italie), où il détaillait les traitements dopants qu’il avait suivis sur prescription du docteur Fuentes, a également été utilisée par les enquêteurs. Manzano venait alors de signer un contrat avec l’équipe Amore e Vita.
Fuentes, accusé d’un délit à la santé publique, a été le médecin de l’équipe Kelme entre 2000 et 2003, qui avait exclu Manzano du Tour d’Espagne en 2003 en l’accusant d’avoir eu des relations sexuelles avec une amie, puis n’a jamais renouvelé son contrat. L’enquête pourrait révéler des noms de sportifs ayant suivi les traitements du médecin, mais elle est pour l’instant soumise au secret de l’instruction. Dans sa déclaration de Turin, Manzano racontait qu’un mois et demi avant son premier Tour d’Italie, en 2001, il avait commencé un traitement à l’EPO – "18 à 20 injections" – fourni par le docteur dans son "studio", la chambre 101 de l’hôtel Aida à Torrejon de Ardoz près de Madrid. Pendant le Giro, il a pris d’autres substances interdites en fonction des caractéristiques de la course : du Trigon après le dîner les jours d’étape de montagne, injecté par Fuentes dans le fessier, de l’HCG Lepori (hormone féminine) pour les étapes en plat, de la caféine avant les contre-la-montre. En mars 2002, avant son deuxième Giro, le médecin lui prescrit un nouveau traitement à base de pastilles dont le coureur ignore la composition. Après le Tour de France 2003, Manzano a raconté avoir été très mal après une autotransfusion. Il s’était rendu à Valence, dans l’est de l’Espagne, où des collaborateurs de Fuentes lui avaient transfusé 175cc de sang. Au cours de l’opération "Puerto", la garde civile a saisi "plus de 100 poches de sang congelé" et "plus de 100 poches de plasma sanguin" et "de nombreux documents liés à des pratiques dopantes menées sur des cyclistes, ainsi que leurs plans d’entraînement".

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *