Double objectif

Double objectif

Le Maroc prendra part aux prochains championnats d’Afrique de tennis des moins de 18 ans qui auront lieu du 5 au 20 avril au Caire, en Egypte. Le tennis national sera représenté dans les trois catégories : minimes, cadets et juniors. Pour cette édition, la championne d’Afrique de l’année dernière des moins de 14 ans, Fatem zohra, sera alignée dans la catégorie des moins de 16 ans. Chez les garçons, Reda Amrani, champion en titre des moins de 16 ans, représentera le Maroc dans la catégorie des moins de 18 ans.
Quant à l’espoir de la balle jaune marocaine, le jeune Zyadi, 25e joueur dans le classement mondial des juniors et, récemment, vainqueur du tournoi d’Algérie, il sera le chef de file de nos juniors. La délégation marocaine sera conduite par les trois cadres nationaux, Amine Benmakhlouf, Benammar et Serghini, tous les trois des entraîneurs. Pendant deux semaines, les tennismen nationaux, garçons et filles, vont devoir jouer trois types de compétitions. La première se déroulera sous forme d’un tournoi international. Après quoi, les différents participants disputeront les fameux championnats d’Afrique pour, enfin, disputer la dernière étape de cette compétition qui devra durer deux jours, durant lesquels les quatre meilleures équipes de ces championnats disputeront, toutes, une seule place, synonyme de qualification aux championnats du monde. «C’est là où on prend la température de ce qui va se passer dans l’avenir. C’est un passage très important car il nous permet de tester les potentialités de nos joueurs », a déclaré Amine Ghissassi, directeur technique national. À rappeler que lors de la dernière édition, qui s’est déroulé en Afrique du Sud, l’équipe nationale avait remporté deux titres.
Pour ce qui est des Championnats du monde, qui ont eu lieu l’année dernière, le Maroc avait réalisé des résultats encourageants. Il avait terminé en 12e position chez les filles et la 9e chez les garçons. Ces jeunes joueurs, qui commencent à acquérir de l’expérience, notamment à travers ce genre de compétition, car les tournois locaux ne sont pas suffisants à même de les hisser à un niveau international, sont les El Aynaoui, Arazi et Alami.
Le problème auquel s’affronte aujourd’hui le tennis national, c’est celui de la relève. Jamais le problème n’a été posé avec autant d’acuité.
Certes, les clubs font un effort, mais il reste insuffisant. Mounir Laâraj et Mehdi Tahiri, les seuls tennimen, jusqu’à maintenant, en mesure de prendre le relais, n’ont pas encore atteint ce stade de maturité. La dernière rencontre de la Coupe Davis face à l’Argentine a levé le voile sur une réalité : le Maroc n’a pas de raquettes du calibre Arazi, Alami et El Aynaoui, capables de rivaliser avec les grands de la balle jaune dans les grands rendez-vous.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *