Drogba, l’éléphant roi

Un titre honorifique qui n’a pour le moment échappé à l’ivoirien qu’en 2004, année de sa création au profit de l’autre grand attaquant de ces années 2000 le camerounais Samuel Eto’o. Schéma devenu classique que ce chassé croisé entre ces deux là tant leurs performances individuelles sont éclatantes. En 2007, Drogba a tenu Chelsea à bout de bras, reléguant le tsar Chevtchenko recruté à coups de millions d’euros au rang de simple figurant. Il finit meilleur buteur en Angleterre, gagne la Coupe de la Ligue (doublé en finale) et la FA Cup (buteur décisif en finale aussi). Le départ de son mentor Mourinho en début de saison, bien que l’ayant affecté n’a pas eu de répercussions sur le terrain. Mieux, il est plus que jamais l’homme providentiel de Chelsea ! Blessé récemment, toute la Cote d’Ivoire prie pour son retour à temps pour la CAN qui démarre dans un mois où avec son joyau elle est la grande favorite. La blessure justement c’est ce qui a empêché le camerounais Eto’o de défendre toutes ses chances. Il finit malgré tout dans le top 5 ce qui montre la classe de ce joueur. Le dauphin de Drogba cette année est le Malien Kanouté qui a grandement participé par ses buts au sacre de Séville en coupe de l’UEFA. Meilleur buteur de la Liga, Kanouté reste très apprécié en Espagne pour ses nombreuses activités caritatives.
Notre Hadji national complète le podium, perpétuant ainsi une tradition familiale. Youssouf toujours sur les traces de son aîné Mustapha régulièrement classé et surtout vainqueur en 1998, ce qui  constitue le dernier ballon d’or marocain à ce jour. Honnêtement on ne l’attendait pas à pareille fête, à croire que son parcours nancéien n’est pas passé inaperçu.
Vient ensuite Mahamadou Diarra, le métronome du milieu au Réal Madrid de Capello puis de Schuster et qui a su s’imposer dés son arrivée dans la capitale espagnole en provenance de Lyon. Deux maliens dans les cinq meilleurs joueurs africains …Quand on vous disait que ce groupe B de la CAN avec la Cote d’ivoire, le toujours imprévisible Nigeria et donc le Mali risquait d’être explosif.Adebayor ressuscité à Arsenal, son coéquipier ivoirien Habib Touré ou encore Essien de Chelsea sont des habitués maintenant de ce genre de classement. Septième, le tout jeune Chermiti est le premier joueur évoluant sur le continent. On l’a vu très en verve lors du dernier mondial des clubs sous le maillot de l’Etoile du Sahel championne d’Afrique. Niang (OM), Aboutrika (Ahly) et le toujours jeune sud africain Mac Carthy (Blakburn) complètent ce classement.
On notera néanmoins l’étonnante absence du barcelonais Yaya Touré, frère de Habib. Son formidable début de saison dans l’entrejeu du Barça méritait plus de considération. Le visionnage du dernier classico de dimanche dernier pourrait achever de vous en convaincre.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *