Du haut de la chaise

Du haut de la chaise

A Athènes, le tennis marocain sera fortement représenté, non seulement par ses raquettes, El Aynaoui, Arazi ou autres, mais également par un Marocain très connu au sein de la Fédération internationale de tennis (ITF), Mohamed El Jennati. Cet arbitre international, qui a fait son entrée dans le gotha du tennis mondial en 1992, ne sera pas à sa première expérience olympique. A Sidney déjà, il était présent tant sur la ligne que sur la chaise. Huit années auparavant, il figurait également sur la liste des arbitres choisis par l’instance internationale. Mais c’est sur les courts des tournois les plus réputés : Open d’Australie, Monte-Carlo, Roland Garros, Wimbledon, US Open, Hannover, Stuttgart, Open de Montreal, Cincinnati, Indianapolis, Scodsale, India Wells, Key Biscayne, Los Angeles, Long Island qu’il a fait ses preuves. Le tennis de haut niveau, il le connaît par coeur. Il côtoie les plus grandes figures de cette discipline. Hier, il est rentré très tard à Casablanca, ville où il réside, en provenance d’Amiens où il a officié la rencontre France-Allemagne pour le compte du premier tour de la Fed Cup, une confrontation dominée de bout en bout par les tenniswomen locales (5-0).
La carrière de cet arbitre international a commencé dans les années 80. Ce passionné de la raquette officiait alors des tournois des clubs nationaux. Il a ensuite passé tous ses grades, stagiaire, régional, 1er et 2ème degrés avant de réussir le grade d’arbitre fédéral et, enfin, celui d’arbitre instructeur. En grand ambitieux, Mohamed El Jennati voit toujours plus loin avec une carrière internationale dans sa ligne de mire. Une chose qu’il a réussi en 1992, année où il a réussi son premier examen en tant qu’arbitre international. C’était à Casablanca lors des «pré-qualifs» aux Jeux olympiques de Barcelone.
En 1998, cette carrière internationale a pris un nouveau tournant avec un passage à succès du level 3 school, autrement dit, le badge bronze. Les examens de ce grade ont eu lieu en Espagne. Celui qui a commencé au bas de l’échelle est devenu une référence en matière d’arbitrage. Il est en effet adhérent d’un club fermé qui compte pas plus de 42 juges de tennis de par le monde. Les seuls qui détiennent le badge d’argent, un passage qu’il a réussi fin 2000.
C’est toujours avec grand plaisir que ce globe-trotter retrouve le Maroc, notamment le Grand prix Hassan II. Sa première participation au plus prestigieux tournoi de tennis au Maroc a eu lieu en 1987. Le GP se jouait, à l’époque, à Marrakech. Depuis, le tournoi de Casablanca est devenu un rendez-vous à ne pas manquer sur l’agenda de l’arbitre.
Il en sera de même cette année également. Depuis janvier dernier, Mohamed El Jennati a pris part à de nombreux tournois parmi lesquels le tournoi ATP Chennai en Inde et celui d’Estoril au Portugal. Mais c’est à Casablanca, dans quelques jours ,qu’il vivra de très intenses moments.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *