D’un mondial blessé

Rien n’augure de bon pour les grands joueurs de football. À un mois et demi du début du mondial (31 mai-30 juin en Corée du Sud et au Japon). David Beckham et Steven Gerrard (Angleterre), Gabriel Batistuta et Juan Sebastian Veron (Argentine), Oliver Neuville et Mehmet Scholl (Allemagne), Demetrio Albertini et Christian Vieri (Italie) : la liste est longue des stars indisponibles, après s’être blessées en coupe d’Europe ou en championnat. « À cette période de l’année, où les équipes sont dans la dernière ligne droite, il est finalement assez normal d’enregistrer autant de forfaits », a tempéré le sélectionneur allemand Rudi Voeller. Voeller enregistre tout de même quelques retours, comme celui du gardien Oliver Kahn, absent en mars contre les Etats-Unis (4-2 pour l’Allemagne). Confrontée à l’Argentine dans le choc du premier tour du mondial-2002, l’Angleterre s’est fait ses gammes sud-américaines contre le Paraguay.
Michael Owen a porté le brassard de capitaine en l’absence de David Beckham, blessé à une cheville en ligue des champions. Confrontée à deux équipes latino-américaines (Equateur et Mexique) au japon, l’Italie a préparé son voyage en recevant à Milan l’Uruguay, terre d’accueil de nombreux immigrés italiens, il y a un siècle.
Les liens ne s’arrêtent pas là, puisque la vedette de l’Uruguay n’est autre qu’Alvaro Recoba (Inter Milan), l’un des joueurs les mieux payés de la série A, qui accueille de nombreux internationaux de la Celeste. Un match entre «cousins», qui rappelle celui de la république d’Irlande (Eire) et les Etats-Unis et que le Brésil s’est déplacé au Portugal avec «90% de son équipe pour la coupe du monde » selon l’entraîneur Luiz Felipe Scolari. Pour l’occasion, Luis Figo a fait son retour. Le « phénomène » de l’Inter Milan avait fait sa réapparition en jouant au mois de mars une mi-temps contre la Yougoslavie.
Le Portugal, il faut le rappeler, a été demi-finaliste de l’euro-2000. Il a été battu 4 à 1 par la Finlande lors de sa dernière sortie amicale à domicile. Luis Figo n’était pas là. La France avait eu, quant à elle, la tâche trop facile contre l’Ecosse (5-0) en mars. Il avait également eu un affront contre la Russie, qui s’était imposée au stade de France en 1999. La seule défaite à domicile des champions du monde depuis la conquête de leur titre en 1998.
Si en Europe et en Amérique, c’est les joueurs qui, de par leurs blessures, font défaut aussi bien dans leurs matchs de préparation que, pour beaucoup d’entre eux, dans la coupe du monde, la Tunisie, pays africain, est toujours à la recherche d’un sélectionneur. Elle a invité l’entraîneur français Rolland Courbis, mais rien n’est encore fixé.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *