Élimination amère pour l’Afrique du Sud

Sur le terrain, les « Bafana Bafana » ont fait illusion face au Bénin (2-0), le temps pour Siyabonga Nomvete d’inscrire un doublé. Mais la déroute contre le Nigeria (0-4) a mis en évidence les carences de cette équipe sud-africaine tenue ensuite en échec par le Maroc (1-1). Du coup, l’Afrique du Sud, sacrée en 1996 pour sa première participation après des années d’interdiction en raison de l’apartheid, confirme un recul sensible à chaque CAN, après avoir été finaliste en 1998, demi-finaliste en 2000 et quart de finaliste en 2002. L’Afrique du Sud s’en va la tête basse, à l’image de ses joueurs qui, mercredi dernier, après le match contre le Maroc, ont quitté le stade de Monastir sans un mot. Ce qui en dit long sur la déception de tout un pays. Le plus dur est peut-être, pour eux, de voir que cet échec permet à un concurrent direct à l’organisation de la Coupe du monde 2010, de marquer un point dans la course au premier Mondial confié à l’Afrique et dont le pays organisateur sera désigné le 25 mai par la Fédération internationale (FIFA). Le Maroc, candidat pour la quatrième fois, et l’Afrique du Sud, qui était favori en 2006, sont en effet les deux grands favoris. Ils comptaient sur la CAN 2004 pour marquer les esprits en réussissant un joli parcours, même si la FIFA n’entend pas mélanger les résultats sportifs et le cahier des charges imposé aux candidats. « Le match contre le Maroc revêt une très grande signification, estimait ainsi Mubarak Mohammed, chef adjoint de la délégation sud-africaine avant la rencontre. Une victoire sur eux constituerait une victoire pour la candidature 2010. » Un nul, et l’élimination qui en découle, constitue évidemment une défaite pour une fédération sud-africaine fragilisée par des mauvais choix. Et d’abord celui de remplacer, moins de deux semaines avant le début du tournoi, le sélectionneur Ephraim Mashaba par son adjoint April ‘Styles’ Phumo. Ce dernier n’a pas vraiment eu le temps d’insuffler une dynamique au groupe, où manquaient de surcroît, pour des raisons diverses, les meilleurs joueurs évoluant en Europe (Quinton Fortune, Benedict McCarthy, Shaun Bartlett, Steven Pienaar, Mark Fish).

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *