Émilie Loit s’impose au GP Lalla Meryem

Émilie Loit s’impose au GP Lalla Meryem

Le rideau est tombé sur la plus prestigieuse des manifestations tennistiques féminines nationales. Le Grand Prix Lalla Meryem a clos sa 4e édition en beauté, la plus haute marche du podium ayant été dominée par Émilie Loit, tête de série n°1. La Française a accompli son oeuvre en disposant de la Slovaque Ludmila Cervanova, tête de série n°4, à l’issue de deux sets se ressemblant comme deux gouttes d’eau (6-2, 6-2). Une issue qui semble s’inscrire dans la dialectique des choses.
«La logique a été respectée, Émilie Loit est classée 40e mondiale, elle est en train de faire une bonne saison, en progression régulière et j’estime que son sacre est amplement mérité. Elle a, cependant, failli se faire surprendre lors du premier tour, face à Samia Mirza. La Française avait souffert avant de venir à bout de l’Indienne et c’était le match le plus difficile qu’elle a disputé. Mirza qui disposait d’une Wild Card a fait preuve d’un niveau étonnant, elle a énormément de potentialités et je suis sûr qu’elle fera parler d’elle les jours à venir », nous a déclaré Taoufiq Naciri, directeur du Grand Prix Lalla Meryem.
Le baptême de feu d’Émilie Loit au niveau du Grand prix Lalla Meryem ne peut que confirmer son statut de tombeuse et de tenniswoman en pleine évolution. Le score final de la rencontre, face à Ludmila Cervanova, fait office de témoignage irréfutable. Aussi, est-il à signaler que cette édition fut ponctuée par un vent perturbateur, qui n’a manqué, à aucun moment, de jouer aux trouble- fête. La majorité des joueuses ont dû en faire les frais. En effet, dès l’entame de cette finale franco-slovaque, les rafales zéphyriennes se sont mêlées aux échanges, rendant la besogne encore plus délicate.
Loit finira par enjamber ce désagrément, prendre le meilleur sur son adversaire et s’adjuger le précieux trophée. Doté de 110.000 dollars, le Grand Prix Lalla Meryem a encore une fois rassemblé la crème du tennis féminin. À signaler qu’une vingtaine de tenniswomen figurant au Top 100 était de la partie. Gagnant des galons d’une édition à l’autre, cette illustre communion a, une fois de plus, était au rendez-vous d’un succès grandiose. «Cette édition était une réussite notoire. Le seul bémol que je pourrais déplorer concerne le public, qui reste quand même réticent face aux compétitions féminines. Sinon, aussi bien sur le plan sportif qu’organisationnel, tout s’est passé dans les meilleures conditions. Nous avons eu droit à du tennis de bonne facture avec, en prime, une belle finale. Il est aussi à noter la bonne prestation de notre porte-drapeau Bahia Mouhtassine, qui a sorti le grand jeu face à Katarina Srebotnik, tête de série n°3 et 56e mondiale. Elle avait livré un très beau match et l’on sentait qu’elle était la patronne sur le court.
Malheureusement, le vent tourbillonnant qui régnait lors de son second match l’a sérieusement handicapée. Ceci étant, elle est sur la bonne voie, la seule chose qui lui manque c’est un soutien de la part des sponsors», estime Taoufiq Naciri. Concernant l’avenir du Grand Prix Lalla Meryem, son directeur souligne que celui-ci s’annonce sous les meilleurs auspices et qu’une telle manifestation oeuvre énergiquement pour la promotion du tennis féminin au Maroc. La 4e édition arrivée à terme, l’heure maintenant est à l’appréciation. Une évaluation afin de pouvoir dégager des résolutions à même d’amplifier et de pérenniser la luminescence de cet événement, chasse gardée des descendantes d’Eve.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *