Escrime : Mouadab sort ses griffes

Le feuilleton à tiroir et à rallonge qui oppose le Club royal d’escrime à la FRME ne semble pas épuiser son dernier souffle. L’objet du conflit est l’organisation de la Coupe Mohammed VI. Nezha Mouadab, présidente du Club royal d’escrime, conteste l’interdiction dont elle a fait l’objet, de la part de la FRME, quant à l’organisation de cet événement. Elle affirme pourtant disposer de documents officiels attestant que l’appellation de Sa Majesté Mohammed VI lui avait été accordée par le Souverain. Elle compte aller jusqu’au bout contre ce qu’elle a qualifié d’usurpation. Dans ce sens, Nezha Mouadab a tenu une conférence de presse où elle a annoncé la relance, avec la collaboration d’autres clubs, de l’amicale marocaine d’escrime. « Le but étant de constituer un front pour faire face aux violations du bureau fédéral et pour corriger les erreurs commises par la fédération, notamment au niveau de la gestion », avait indiqué la présidente du Club royal d’escrime.
Elle a en outre souligné la tenue, dans les jours à venir, de l’Assemblée générale de l’amicale. Elle a aussi revendiqué la légitimité du club royal d’organiser la Coupe Mohammed VI. Nezha Mouadab a fait part de son indignation suite à ce qu’elle a qualifié d’injustice, dont elle aurait fait l’objet cette année de la part de la FRME. Elle faisait allusion à la Coupe Internationale Mohammed VI d’escrime, qu’elle ambitionnait d’organiser les 16 et 17 mai. La FRME aurait, selon Nezha Mouadab, demandé à la Fédération internationale d’escrime de ne pas reconnaître ce tournoi en tant que manifestation internationale. La présidente du Club royal d’escrime affirme avoir contacté la section sport au niveau de la Primature, où sa demande serait restée lettre morte et où on lui aurait tout bonnement conseillé de « garder la tête froide ». La Coupe Mohammed VI a finalement eu lieu, mais avec une participation nationale uniquement.
« L’escrime marocaine est en danger à cause de la mauvaise gestion, ainsi que la marginalisation dont certains clubs font l’objet. Ce constat de fait implique la mobilisation, de toute urgence, du secteur de sport et du Comité olympique afin de mettre fin à cette hémorragie », avait déclaré Nezha Mouadab.
Par ailleurs, Mouadab compte porter plainte contre l’instance fédérale, suite aux diffamations et aux graves accusations dont le rapport moral de la FRME aurait fait état, contre le Comité organisateur de l’avant dernière édition de la Coupe internationale Mohammed VI. 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *