Eto’o et Le Guen relancent le Cameroun

Le Gabon d’Alain Giresse y a cru pendant une heure, mais deux coups de patte de Samuel Eto’o (une passe décisive, un but) ont permis au Cameroun de Paul Le Guen, vainqueur 2-0, de se replacer dans la course au Mondial après un départ désastreux. Le match, sous haute surveillance sécuritaire, se déroulait dans un contexte tendu en raison des troubles dans la capitale et le pays, nés de la contestation de l’élection à la présidence, annoncée jeudi, d’Ali Bongo, fils d’Omar Bongo, décédé en juin.
Ali Bongo, fan de foot, était d’ailleurs au stade entouré par des centaines de membres des forces de l’ordre et notamment des Bérets rouges, les troupes d’élite gabonaises. Les militaires avaient notamment posté des mitrailleuses à plusieurs endroits stratégiques.
«Adebayor, Essien, Eto’o… Tous les grands joueurs qui viennent ici ne font rien», assurait un spectateur avant la rencontre.
Pendant une heure, ce dernier a sans doute pensé que le signe indien avait encore fonctionné. La star passée du Barça à l’Inter a été invisible ou presque au sein d’une équipe qui n’avait pas le droit à l’erreur.
Paul Le Guen, dont c’était le premier match officiel à la tête des Lions Indomptables, avait couché une équipe assez physique sur le terrain avec notamment Geremi, Makoun et Webo, définitivement relancé avec l’équipe nationale.
Après un premier quart d’heure à l’avantage des Camerounais (tête de Mbia 3e, débordement dangereux d’Atchoyi 11e), les Gabonais, avec un excellent Cousin, ont desserré l’étau pour finalement dominer la rencontre et s’offrir de bonnes occasions, avec Aubameyang (20) et surtout un ballon sur le poteau à la 54e après un ballon relâché par Kameni et une partie de billard dans la surface. C’était compter sans Samuel Eto’o. A l’heure de jeu, la star a décalé Emana, qui avait trouvé les montants à la 46e, sur le flanc droit. Cette fois, l’ancien Toulousain parti au Betis a ajusté sa frappe (65e).
Trois minutes plus tard, Eto’o a fait la différence d’une frappe limpide (68e) dans la lucarne d’Ovono Ebang, auteur d’un bon match par ailleurs. Ali Bongo a ensuite dribblé les spectateurs en quittant le stade avant la fin du match. Malgré sa défaite, le Gabon (6 points) conserve la tête du groupe devant le Cameroun et le Togo (4 points) mais il se rend dès mercredi au Cameroun pour le match retour.

Patrick Fort (AFP)

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *