Euro 2008-Allemagne : Les doutes d’un favori

Euro 2008-Allemagne : Les doutes d’un favori

Jens Lehmann est-il encore l’homme de la situation dans les buts? Depuis qu’il a perdu son statut de titulaire à Arsenal, Lehmann est au coeur de débats passionnés. Peut-on faire confiance à un gardien de 38 ans qui n’a disputé que 13 matches avec son club en huit mois ? Jusqu’à janvier, Joachim L w a fait mine de s’inquiéter, espérant que Lehmann allait retrouver sa place puis qu’il allait accepter les offres de Wolfsburg et de Dortmund. Mais s’il entretient un semblant de suspense, le sélectionneur ne voit aucune raison de se passer de Lehmann. «C’est un joueur important à bien des égards, que ce soit sur le terrain ou dans la vie du groupe», a insisté L w qui a rappelé que durant les qualifications, Lehmann, N°1 en sélection depuis mars 2006, avait été impeccable. Il a certes livré une prestation catastrophique contre l’Autriche (3-0) en match amical en février, mais il a le soutien de son capitaine Michael Ballack, et a établi contre la Suisse (4-0) en mars un nouveau record d’invicibilité, 621 minutes sans encaisser de but. Lehmann profite également du manque de crédibilité de ses concurrents (Hildebrand joue à Valence, club en crise, Robert Enke ne dispute aucune compétition européenne avec Hanovre), tandis que René Adler (Leverkusen) et Manuel Neuer (Schalke 04) sont encore trop tendres. Les blessés auront-il vraiment récupérés ? Pendant la campagne de qualification, L w a été privé de Ballack, blessé à une cheville d’avril à décembre, de Torsten Frings ou de Tim Borowski.
Ces trois cadres sont revenus à un niveau très satisfaisant. Mieux, Ballack n’a sans doute jamais été aussi rayonnant à Chelsea. En revanche, la Mannschaft devra faire sans Bernd Schneider (81 sélections), opéré d’une hernie discale fin avril. Reste la grande inconnue Christoph Metzelder: le défenseur central du Real Madrid n’a pas beaucoup joué cette saison, victime de la concurrence et, depuis février, d’une blessure au pied gauche. les internationaux du Bayern auront-ils digéré leur saison de «remplaçants de luxe» ? Miroslav Klose est une exception. De tous les internationaux allemands du Bayern, le meilleur buteur du Mondial-2006 est le seul titulaire indiscutable dans le club bavarois. Mais même « Miro» n’aborde pas l’Euro-2008 dans les meilleures conditions après une fracture du nez et surtout une fin de championnat qui a écorné sa confiance. Il n’a marqué «que» dix buts, dont un seul en 2008, souffrant de la comparaison avec son coéquipier Luca Toni (21 buts en championnat). Le champion du monde italien est également le cauchemar de Lukas Podolski qui a encore du se contenter, comme depuis son arrivée en 2006 au Bayern, de bouts de match.
A l’image du très populaire «Poldi», la jeune génération allemande, si prometteuse en 2006, n’a pas vraiment eu l’occasion de mûrir au Bayern: Bastian Schweinsteiger est trimbalé dans l’entre-jeu bavarois pour permettre à Franck Ribéry de s’exprimer, tandis que Philipp Lahm rêve d’un nouveau défi, à l’étranger. Comment vivre avec la statut de favori ? Après deux phases finales européennes catastrophiques, en 2000 et 2004, après sa troisième place quasi inespérée du Mondial-2006, l’Allemagne, championne d’Europe en 1972, 1980 et 1996, est attendue par ses supporteurs qui seront nombreux en Autriche et en Suisse. Quatre Allemands sur dix pensent que leur équipe sera championne d’Europe.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *