Face au Portugal : Le Maroc à l’aube d’une révolution russe

Face au Portugal : Le Maroc à l’aube d’une révolution russe

Les Lions de l’Atlas ne manquent pas de coup de reins et déploieront sans conteste tous leurs efforts pour venir à bout de la Seleção comme l’a fait une ancienne génération du football national avec l’art et la manière.

Unanime, tout le monde s’accordait à dire que le Maroc méritait amplement la victoire lors de sa première sortie contre l’Iran, premier adversaire du groupe B. Mais la malchance a fait une entorse à la logique et la sélection nationale a fini par perdre aux dernières secondes de la rencontre. Mais la messe n’est pas encore dite. L’occasion se présente aujourd’hui à l’équipe nationale pour faire un pied de nez à la guigne et prouver que l’impossible n’est pas marocain.

Quand l’incroyable Mexique gagne contre la grande Allemagne championne en titre, ou quand la Suisse se partage les points avec le mythique Brésil c’est que tout est possible dans le football.

Ce Mondial de Russie est décidément plus pimenté que prévu et regorge de surprises. Le Maroc aura certes affaire aujourd’hui au Portugal, l’une des grandes équipes de cette compétition. Avec un Cristiano Ronaldo qui a pu, à lui seul, mystifié toute une sélection espagnole, le match ne sera pas de tout repos. Qu’à cela ne tienne, les Lions de l’Atlas ne manquent pas de coup de reins et déploieront sans conteste tous leurs efforts pour venir à bout de la Seleção comme l’a fait une ancienne génération du football national avec l’art et la manière. Ce match constitue à la fois pour le Maroc la dernière solution pour espérer une qualification au prochain tour et une occasion pour les Portugais de prendre leur revanche 32 ans après leur dernière rencontre.

Confiants, ces derniers se sentent déjà supérieurs à l’instar de André Silva qui a déclaré que «le Portugal est plus fort que le Maroc, si on compare les deux équipes».

Et de relativiser : «Je ne suis pas en train de dire que cela va être facile, nous devons respecter toutes les équipes, il n’y a pas de match facile en Coupe du monde», a souligné l’attaquant du Milan AC, qui était remplaçant lors du premier match du Portugal contre l’Espagne (3-3) mais pourrait être titulaire lors du match suivant.

Le choc d’aujourd’hui est à prendre très au sérieux. Hervé Renard et son staff ont sûrement noté les points forts ainsi que les imperfections de l’équipe nationale.

Le Onze de départ sera revisité. Le latéral marocain Noureddine Amrabat, victime d’une commotion cérébrale lors de la rencontre face à l’Iran, a déclaré forfait pour le match face au Portugal. Il sera ménagé à l’entraînement pendant toute la semaine, a précisé le staff médical.

Faysal Fajr ferait donc visiblement son entrée pour pallier cette absence. Optimiste, le milieu de terrain de Getafe a précisé lors d’une conférence de presse que «nous ne sommes pas encore morts».

«Si je dis qu’on ne croit pas à cette qualification, ce serait mentir. Je pourrais sortir des exemples, comme le match nul de l’Argentine (1-1 contre l’Islande). Quand on veut, on peut. Nos adversaires possèdent deux pieds, deux jambes, ce sont des humains comme nous», a-t-il lancé.

Ce match est quasiment une ultime séance de rattrapage que les joueurs vont devoir saisir pour espérer poursuivre l’aventure mondiale.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *