Faire mieux que la figuration

Un match choc attend les Lions de l’Atlas pour leur première sortie lors des 18èmes championnats du monde de hand-ball qui ont lieu du 20 janvier au 02 février 2003 au Portugal. Les poulains de Nouredine Bouhaddioui affrontent l’Espagne, un pays à la grande tradition handballistique. Un défi pour notre sélection qui aspire à faire mieux que la figuration pour sa cinquième participation consécutive au rendez-vous des géants de la discipline. En effet, nos handballeurs n’ont raté aucun mondial depuis 1995. Ils ont assisté à l’édition de 1997, 1999 et 2001, avant d’assurer leur billet pour celle de 2003. Durant toutes ces éditions, la prestation de nos handballeurs a été très moyenne. Faute d’expérience et de préparation, ils n’ont jamais dépassé le stade du premier tour.
Lors de ce mondial portugais, l’équipe marocaine évolue dans le groupe A aux côtés de la Tunisie, le Koweït, la Pologne, la Yougoslavie en plus de l’Espagne. Un groupe très difficile pour les nationaux puisqu’il contient les Yougoslaves, prétendants sérieux au titre mondial et qui ont créé plusieurs difficultés à la France tenante du titre.
Les Tunisiens sont également à craindre. Ils ont été sacrés les maîtres d’Afrique de la discipline lors des derniers championnats d’Afrique organisés à Casablanca l’année dernière. C’est à l’issue de ces championnats justement que la liste des quatre pays qualifiés au mondial a été connue. Il s’agit de la Tunisie, championne, l’Algérie, vice-championne, l’Egypte, troisième et le Maroc quatrième.
Pour cette cinquième participation, les choses ne semblent pas avoir changé. Le coach national, Nouredine Bouhaddioui a fait sa sélection en l’absence d’un championnat national qui n’a pu avoir lieu cette saison. Il s’est en effet contenté de plusieurs concentrations et stages des éléments évoluant dans les diffringents clubs marocains pour faire son choix. Le sélectionneur national s’est basé sur le rendement des joueurs au cours de la saison précédente en incorporant sept joueurs de la sélection olympique.
Ainsi, notre équipe nationale n’a pu commencer ses préparatifs que le 10 décembre avec un stage à Rabat et Salé. Elle s’est par la suite dirigée vers l’Espagne pour peaufiner sa préparation. Durant son séjour ibérique, la sélection s’est inclinée dans ses deux rencontre face à des clubs locaux.
Et pourtant, Nouredine Bouhaddoui reste optimiste. Ses poulains sont les auteurs d’un sans faute depuis plusieurs années puisqu’ils participent pour la cinquième fois d’affilée à ces championnats du monde. Pour le cadre technique national, la qualification de ses handballeurs est «en elle-même un exploit, au même titre que la qualification de l’équipe nationale de football à la coupe du monde».
Pour ce qui est des chances de qualification au prochain tour de la compétition, Nouredine Bouhadioui assure que ses joueurs n’auront tout au long des leurs matches que ce seul objectif en tête. Ainsi, après le match de ce lundi contre l’Espagne, les Marocains affrontent la Tunisie le 21, le Koweït le 23, la Pologne le 25 janvier. Le meilleur est pour la fin. Nos handballeurs jouent leur dernier match contre les géants de la Yougoslavie. Douloureuse manière de clôturer le premier tour de la compétition.
En 1987, le Maroc, qui accueillait les championnats d’Afrique, avait occupé la dernière place. Ses résultats ont nettement progressé depuis le début des années 90. Ceci est dû, selon le coach national, à «la stabilité du staff qui permet à la direction technique d’appliquer un programme de longue durée ». Les résultats de l’équipe nationale ne sont, selon lui, que le fruit d’un travail de longue haleine.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *