Fifa-Corruption présumée : Le cas Bin Hammam étudié les 22 et 23 juillet

Fifa-Corruption présumée : Le cas Bin Hammam étudié les 22 et 23 juillet

Le comité d’éthique de la Fifa examinera les 22 et 23 juillet le dossier de Mohamed Bin Hammam, président de la Confédération asiatique (AFC) suspendu le temps d’une enquête sur une corruption présumée pendant la campagne à l’élection présidentielle de la Fifa, a indiqué mercredi la Fifa.
Les dossiers de deux responsables du football caribéen, Debbie Minguell et Jason Sylvester, personnages moins en vue que Bin Hammam, également soupçonnés dans cette affaire, seront également examinés à ces dates. Ces trois personnes ont reçu les rapports des enquêtes internes menées par le comité d’éthique depuis le 29 mai, date de la dernière tenue du comité d’éthique, et sont invitées à faire parvenir leur position par écrit avant le 22 juillet. Les trois responsables seront entendus le 22 juillet. Ils ont la possibilité, tout comme le comité d’éthique, de faire appel à des témoins. Le 23 juillet, le comité d’éthique délibérera et rendra sa décision. Bin Hammam est soupçonné d’avoir voulu acheter des voix (dans le cadre d’une réunion de la Confédération du football caribéen début mai, d’où la présence de MM. Minguell et Sylvester parmi les accusés) quand il était candidat à l’élection présidentielle de la Fifa contre le président sortant Joseph Blatter.
Bin Hammam avait retiré sa candidature avant d’être frappé de suspension le temps de l’enquête interne par le comité d’éthique de la Fifa. Egalement suspendu dans cette affaire, pour complicité présumée avec Bin Hammam, le Trinidadien Jack Warner, vice-président de la Fifa, a présenté le 20 juin sa démission, acceptée par la Fifa. «Warner ayant lui-même choisi de démissionner, toutes les procédures menées à son encontre par la commission d’éthique (de la Fifa) sont closes, et la présomption d’innocence demeure», avait commenté à cette date la Fifa. Warner peut être entendu dans cette enquête en tant que témoin et non plus en tant que suspect. Blatter, seul candidat, avait été finalement réélu pour un quatrième et dernier mandat de quatre ans le 1er juin, dans un climat pesant de suspicions avec toutes ces affaires. L’agence britannique Press Association affirmait avoir eu connaissance fin juin d’un rapport du comité d’éthique faisant état de preuves «convaincantes» contre Bin Hammam, décrivant Warner comme un des rouages de cette tentative de corruption présumée. Citant ce document, Press Association rapportait qu’à l’occasion de cette réunion de la Confédération du football caribéen début mai à Trinidad et Tobago, «il semblerait que M. Bin Hammam ait offert, indirectement et dans le plus grand secret (des enveloppes) contenant 40.000 dollars (36.000 euros)».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *