Fin tragique d’un grand champion

Fin tragique d’un grand champion

L’ex-champion du monde de kick-boxing, le Néerlandais d’origine marocaine Noureddine Bensaleh, a été assassiné, lundi, à Amsterdam. Selon Lahcen Hilali, entraîneur et manager du champion du monde de kick-boxing, le Marocain Mustapha Lakhsem, Bensaleh aurait été abattu par trois balles par deux jeunes roulant sur une moto. Transporté à l’hôpital, il a succombé à ses blessures. Une enquête a été ouverte par la police néerlandaise pour mettre la lumière sur les circonstances de son assassinat.
Selon les derniers éléments de l’enquête, l’on parle d’un règlement de compt. Pour Hilali, qui l’avait côtoyé pendant plusieurs années, cette hypothèse ne tient pas la route. «C’était quelqu’un qui avait une bonne réputation et aimé par le public. À chaque fois qu’il disputait un combat en Hollande où ailleurs, la salle était archicomble», témoigne ce dernier. En Europe, l’assassinat de Bensaleh a fait la Une des journaux. «C’est quelqu’un qui a marqué la scène internationale des arts martiaux, kick-boxing, thai-boxing et boxe anglaise », a tenu à souligner celui-ci. Surnommé « Fighting Noureddine », Bensaleh avait représenté le Maroc au championnat du monde de kick-boxing en 1993 à Budapest où il s’était adjugé la médaille d’or dans la catégorie des moins de 72 kg.
Un an après, Bensaleh fut sacré champion du monde de kick-boxing, avant de se convertir à la boxe anglaise, discipline dont il décrocha les titres de champion du Benelux en 1997 et intercontinental en 2001. « C’était sous les couleurs hollandaises », a fait remarquer ce dernier. Chassé par la malédiction des blessures, il a été contraint de tirer sa révérence pour entamer une carrière de manager.
La dernière sortie de Bensaleh remonte au 23 juillet dernier à Agadir, lors du dernier combat de Lakhsem. Il est venu au Maroc en tant qu’entraîneur et manager de l’international marocain Abdelkrim Bchiri, champion d’Europe en boxe thaïlandaise, qui avait disputé un combat en levée de rideau de la rencontre de Lakhsem. Entre Bensaleh et Bchiri, c’est toute une histoire. Atteint du cancer, Bchiri voulait mettre un terme à sa carrière. Et c’est grâce à l’aide et aux encouragements de Bensaleh que Bchiri a défié sa maladie pour retrouver les entraînements et la compétition. Le dernier voyage de Bensaleh au Maroc l’a tellement marqué qu’il voulait y retourner. « Impressionné par l’ambiance du combat, il m’avait dit qu’il voulait organiser un combat au Maroc. C’était son plus grand souhait », a confié Hilali. Souhait qu’il n’a pas pu réaliser. Il nous a quitté, lundi dernier, alors qu’il n’avait que 32 ans.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *