Floyd Landis, le miroir brisé

Floyd Landis est sans doute le dernier à vouloir croire qu’il demeurera le vainqueur du Tour de France 2006. Absent jeudi lors de la présentation du parcours de la Grande Boucle 2007, l’Américain n’a donc pu constater de visu que la famille du cyclisme, plus unie que jamais contre le dopage, est décidée à ne plus épargner personne, fut-il le vainqueur de la plus grande course du monde.
Le film de huit minutes, présenté par les organisateurs pour retracer les grandes heures de la course 2006, est sans appel. Il se termine par un miroir brisé sur le visage de l’Américain, maillot jaune sur les Champs-Elysées, rattrapé trois jours plus tard par un contrôle positif à la testostérone. «Il y a un vainqueur du Tour, le maillot jaune va venir, mais il va venir trop tard. Car il manque la cérémonie protocolaire, c’est triste pour nous. Le maillot jaune sur les Champs-Elysées c’est unique, ne pas l’avoir eu c’est irrécupérable», a déclaré Jose Miguel Echavarri, le manager de la formation Caisse d’Epargne-Iles Baléares, dont le coureur espagnol Oscar Pereiro a fini deuxième du Tour derrière Floyd Landis. Pour Jose Miguel Echavarri, les choses sont claires : Landis a triché, il n’est plus le vainqueur du Tour, même si l’Américain a engagé un recours auprès de l’agence antidopage américaine qui devrait se prononcer en janvier prochain. «Oscar est le maillot jaune pour moi, pour les organisateurs, pour l’Union cycliste internationale, pour tout le monde », reprend Echavarri. «Les choses sont claires au niveau des règlements, de l’organisation du Tour avec qui j’ai parlé ce matin. Il manque seulement la situation créée par les recours engagés par les avocats, qu’il faut respecter. Mais l’UCI devrait se montrer ferme, dire "le règlement c’est ça, le résultat c’est ça, le vainqueur c’est Oscar Pereiro". Il faudrait dire ça. Et ensuite seulement, il devrait y avoir les recours pour essayer de démontrer le contraire».
«Je n’ai aucun doute sur le résultat des analyses» effectuées par le laboratoire de Châtenay-Malabry, a pour sa part déclaré Christian Prudhomme, le directeur général du Tour de France. Promis vainqueur sur tapis vert, Oscar Pereiro ne veut pas endosser trop vite le maillot jaune du Tour 2006. Mais il a laissé entendre à demi-mots jeudi lors de la présentation du Tour 2007 qu’il en était bien le détenteur légitime.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *