Foot européen et télé : Le divorce

Le temps où les championnats de football du vieux continent faisaient le bonheur et le succès financier des chaînes de télévision européennes est désormais révolu. En proie à une baisse, encore jamais vue, d’audience du football à la télévision et face aux résultats financiers médiocres qu’ils enregistrent, les groupes audiovisuels sont au bord de la faillite. Une donne qui pourrait également signer l’arrêt de mort de plus d’un club européen, laissant prévoir des « faillites retentissantes».
Le quotidien économique parisien La Tribune, qui a annoncé la nouvelle, s’inquiète. « Le football, hormis ses grands événements, voit ses audiences télévisées s’effriter » constate le journal. Même des compétitions de grande popularité voient leur audience se rétracter.
La Ligue des Champions, principale compétition continentale de clubs, n’échappe pas à cette règle. L’audimat est en chute libre.
Le quotidien économique note à cet égard que, parallèlement, les groupes audiovisuels, premiers bailleurs de fonds du football professionnel, ont présenté des résultats annuels des plus inquiétants. Certains sont en demi-teinte, comme c’est le cas pour la première chaîne privée française, TF1. D’autres sont décevants (RTL Group), voire catastrophiques. La chaîne française Canal Plus, en pleine restructuration, entre dans cette dernière catégorie. Le budget alloué à la couverture et diffusion des différentes rencontres a de fortes chances d’être revu à la baisse.
La Tribune cite également l’exemple du groupe allemand Kirch, qui, au bord de la faillite, fait aussi les frais de cette situation. « Le sport, notamment le foot, coûte trop cher », affirme le journal en rappelant que Kirch consacre pas moins de 400 millions d’euros par saison à la diffusion du championnat de football allemand. Canal Plus, quant à elle, débloque une somme identique pour offrir à ses abonnés les grands championnats européens.
Les droits sportifs se taillent la part du lion dans ce contexte. Ils représentent plus de la moitié des revenus des clubs de football. Une part colossale, mais qui va certainement subir « une chute vertigineuse », prédit La Tribune. « Les dégâts seront considérables. Et des faillites retentissantes, sans doute inévitables », conclut-elle. Seules les fusions évoquées ici et là, en France, en Italie ou en Espagne entre grands bouquets satellites sont capables de porter le coup de grâce à de nombreux clubs.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *