Footballeurs sénégalais au Maroc

Une dizaine de Sénégalais évoluent au Maroc selon un décompte l’agence sénégalaise de presse (APS). Il s’agit notamment d’Aliou Sylla, sociétaire du Hassania d’Agadir, co-leader du GNF I. Ses compatriotes Aly Diallo et Séga Diallo jouent respectivement pour le Raja de Casablanca et l’Ittihad de Tanger. Pour leur part, Abdoulaye Mbaye et Ousseynou Ndiour évoluent au KAC et au FUS. Le dernier embarqué dans l’aventure marocaine est Jadre Ngom, sociétaire de l’Ittihad de Khémisset depuis le début de la saison. Plusieurs clubs de seconde division se montrent également désireux d’intégrer des joueurs originaires du sud du fleuve Sénégal dans leurs formations. En tête de liste figure le meilleur buteur de la saison précédente Mandiaye Fall de Sidi Kacem, un ancien de l’Association sportive des forces armées (ASFA) qui a ensuite intégré les rangs de la Jeanne d’Arc de Dakar. Il arbore les mêmes couleurs que son compatriote Aliou Dialou. Les deux Kacimis évoluent aux côtés du Berkanais Mame Sidy Diop et de l’Oujdi Ousmane Diop du Mouloudia.
Le contingent sénégalais évoluant en championnat national a perdu dernièrement trois de ses «chefs». Il s’agit de deux joueurs ayant le plus résidé au Maroc tel le gardien du but de l’Olympique de Khouribga, Omar Diallo et Ass Malick Dieng, ancien joueur du KACM. Chacun d’entre eux compte neuf ans de présence dans notre pays. En début de saison, la Jeunesse Sportive d’El Massira s’est également séparer de son attaquant-vedette, Cheikh Sarr, qui a longtemps été le chouchou du public de Laâyoune.
Mais le plus célèbre footballeur sénégalais au Maroc est incontestablement Moussa N’daw, ex-sociétaire du Wydad de Casablanca avec qui il a gagné plusieurs titres dont la Coupe africaine des vainqueurs de coupes à Oum Darman en 1992. Le canonnier a tellement été marqué par son passage chez les Rouge et Blanc qu’il n’a cessé de faire des aller-retour entre la capitale économique et les pays du Golfe où il a choisi de terminer sa carrière. Au moment où le public Casablancais et marocain se passionnait pour N’daw, d’autres joueurs n’ont pas manqué de laisser leurs griffes. L’on se souvient certainement de Moussa Diop Quenum du Moghreb de Fès et de Salif Diagne sacré champion d’Afrique avec le Raja en 1989.
Néanmoins, l’époustouflante carrière de Moussa N’daw, élu par l’agence de presse sénégalaise le footballeur sénégalais le plus connu au Maroc, ne semble donc plus attirer les footballeurs sénégalais. Ces derniers se montrent en effet de moins en moins enthousiastes à l’idée de faire un bout de chemin avec les clubs marocains, aussi petit que ce bout de chemin puisse être. Ils ne semblent même pas intéressés par l’idée de faire du Royaume une étape de transition vers une carrière professionnelle en Europe, beaucoup plus alléchante. Le succès de l’équipe nationale sénégalaise qui a atteint les quarts de finale du Mondial asiatique a propulsé plusieurs joueurs au devant de la scène internationale, à l’image de Hadji Diof, meilleur footballeur sénégalais en 2002. Les Lions se sont même permis le luxe de vaincre la France, tenante du titre, en match d’ouverture de ce grand événement footbalistique de la planète. Quelques mois plus tôt, la sélection sénégalaise, menée par le Français Bruno Metsu, a atteint la finale de la Coupe d’Afrique qu’elle a perdue face à son homologue camerounaise.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *