Formule 1 : Etat des lieux pour la saison prochaine

Formule 1 : Etat des lieux pour la saison prochaine

Lewis Hamilton a signé un contrat pluriannuel et sera peut-être même le leader en 2008. En effet, la question de la présence de Fernando Alonso se pose réellement depuis la qualification du GP de Hongrie, qui a marqué une rupture entre l’Espagnol, son équipier et Ron Dennis. Lassé des ardeurs qu’il faut refreiner, des arbitrages qu’il faut sans cesse rendre et des avantages qu’il faut soigneusement saupoudrer, ce dernier a rappelé que McLaren garderait ses principes et que tout élément qui ne les partageait était libre de partir. La remarque était pour l’Ibère, qui l’a saisie au bond en confiant qu’il ne piloterait peut-être pas pour McLaren en 2008. En fait, Alonso se plaint depuis le début de la saison de ne pas être traité à part, comme un champion du monde, comme l’avait si bien su le faire ce qui exaspère par-dessus tout le natif d’Oviedo, c’est d’avoir à divulguer systématiquement ses propres réglages -c’est la règle chez McLaren-, ce dont Hamilton a souvent tiré parti pour le battre. Aussi, depuis 2001, il a côtoyé Marques, Trulli, Fisichella et Villeneuve, qui ont tous été des équipiers plutôt que des rivaux. Hamilton est une exception qui ne passe pas bien. Bref, si Alonso obtient un billet de sortir, sa préférence ira à Renault. Ce n’est pas un hasard si le matin du GP de Hongrie, son manager et son père se sont longuement entretenus avec Flavio Briatore, qui a botté en touche sur la question. C’est en effet au pilote de se débrouiller pour sortir de son contrat avant d’aller voir ailleurs. Début juillet, Alain Dassas, P-DG de Renault F1, avait d’ailleurs précisé : «Le pouvoir du pilote sur sa mobilité est plus important que celui de l’écurie. Si Fernando a envie de bouger, c’est à lui d’aller voir Ron Dennis». Et pour racheter les deux années de contrat que le pilote doit à McLaren (2008 et 09), il faudra un beau paquet d’euros. C’est là que la déclaration de Carlos Ghosn, cette année à Monaco, prend toute son importance : «Les seules contraintes chez Renault sont des contraintes de résultat, pas de moyens».
Reste qu’en cas de fuite d’Alonso, McLaren devra récupérer un gros calibre. Plus que les essayeurs maison, Pedro de la Rosa et Gary Paffett, on pense surtout à Nico Rosberg (Williams). Frank Williams, qui a une option sur l’Allemand pour 2008, n’a curieusement pas encore confirmé son leader.
Quant à l’écurie Ferrari, aucun suspense : Kimi Räikkönen et Felipe Massa seront au volant des présumées F2008.
L’annonce de la reconduction de Nick Heidfeld et Robert Kubica, au BMW,  a été repoussée plusieurs fois mais demeure évidente depuis que l’équipe a libéré son N.3, Sebastian Vettel, pour Toro Toro.
Heikki Kovalainen et Giancarlo Fisichella en fin de contrat  à Renault. Pat Symonds, directeur de l’ingénierie, avait refusé l’an dernier que les deux pilotes soient changés, c’est pourquoi Fisichella avait été conservé. Si cette logique tient toujours, il faut parier sur la poursuite de la mission de Kovalainen, qui prend irrésistiblement le pas sur l’Italien. Le Romain n’est pas hors jeu, mais doit aussi faire face à la concurrence de Nelson Piquet Jr, le N.3. L’arrivée d’Alonso obligerait le fils du triple champion du monde, Nelson Piquet, à trouver un autre terrain d’apprentissage, pourquoi pas chez Williams, surtout si Rosberg doit remplacer Alonso chez McLaren… Bref, un joli coup de billard à trois bandes.
Jarno Trulli a un contrat jusqu’à fin 2009 à Toyota. Ralf Schumacher ne doit plus réclamer 17 millions de dollars pour un an de service. L’écurie négocie en exclusivité avec lui pour 2008. L’hypothèse Frank Montagny n’a malheureusement pas vraiment cours car le constructeur veut un deuxième pilote pour juste une année, de transition. Le plan de carrière de Kazuki Nakajima, pilote DAMS en GP2 et Williams cette année, se dessine avec de plus en plus de certitude : N.3 de Toyota en 2008 et titulaire en 2009.
C’était réglé depuis longtemps pour Jenson Button, qui avait signé fin 2005 jusqu’en 2009. Rubens Barrichello a resigné pour un an.
Spyker, plus que les pilotes, la question est de savoir si l’écurie batave sera toujours là, sous ce nom, en 2008.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *