France-Brésil : le match de la revanche

Un air de déjà vu ! La France et le Brésil s’affrontent à nouveau lors des phases finales de la Coupe du monde. Parmi les quatre quarts, qui se disputeront ces vendredi et samedi, celui qui doit opposer ces deux équipes apparaît comme l’un des plus prometteurs avec le choc Allemagne-Argentine.
Un match sous le signe de la revanche. Le Brésil veut effacer le mauvais souvenir de la finale de 1998 lorsque les bleus ont décroché leur premier titre mondial en balayant une équipe brésilienne qui souffrait d’un excès de confiance. D’ailleurs tous les pronostics donnaient alors le Brésil comme vainqueur.
Aujourd’hui, les Brésiliens ont appris la leçon. Pas question donc de sous-estimer les Français, surtout après leur victoire face à l’Espagne en huitième de finale.
Première réaction brésilienne après cette qualification était celle du sélectionneur, Carlos Alberto Parreira, qui a affirmé avoir apprécié le jeu des bleus. « J’ai aimé leur façon de jouer, c’était du beau et bon football», a-t-il affirmé sur le site Internet de la Fédération brésilienne (CBF). « La France a montré qu’elle savait améliorer son jeu dans un moment aussi important et décisif de la compétition. Elle a mérité sa victoire car elle a mieux joué», a-t-il déclaré avant d’ajouter que, pour lui, il n’y aura pas de favori ce samedi.
Par ailleurs, la sélection brésilienne risque d’être privée du défenseur Lucio et des milieux de terrain Emerson et Kaka. Ces joueurs-clés de la Seleçao ont reçu des soins en raison de blessures contractées durant le match Brésil-Ghana.
Cependant, le site Internet de la CBF, qui a annoncé la nouvelle, n’a pas précisé si la participation de ces joueurs au quart de finale contre la France pourrait être remise en cause. Rien n’est donc sûr.
Emerson et Kaka souffrent tous deux du genou droit alors que Lucio a reçu un coup à la cuisse droite. La CBF ajoute aussi que Robinho, absent du match contre le Ghana en raison d’une blessure à la cuisse droite, est soumis à un traitement intensif.
Trois titulaires de la finale perdue de 1998 le seront à nouveau. Il s’agit de Ronaldo, Roberto Carlos et Cafu.
Côté français, il y aura bien entendu Zidane, l’homme au double coup de tête, Vieira, qui relaya Deschamps brillamment et propulsa Petit vers le troisième but, Thuram, le roc de la défense, et le gardien Barthez.
Toutefois, la participation de Zinédine Zidane à ce match demeure incertaine. En plus du carton jaune qu’il a écopé en huitième de finale, le meneur de jeu des bleus souffre lui aussi d’une blessure. Son absence lors de la troisième séance publique d’entraînement des bleus n’a pas passé inaperçue.
En tout cas, les retrouvailles entre le Brésil et France à ce stade de la compétition ravivent d’autres souvenirs que ceux de l’année 1998. Elles rappellent un autre quart de finale de Coupe du monde à Guadalajara, au Mexique en 1986.
Une rencontre qui s’était achevée par les tirs au but. Tandis que Platini avait raté les filets, tout comme les Brésiliens Socrates et Julio Cesar, Fernandez, lui, marqua le penalty décisif. Et en demi-finale, la RFA fut implacable (2-0). Une page de l’histoire de la Coupe du Monde va sûrement se répéter ce samedi. Reste à savoir laquelle. Celle du mondial 1986 ou du mondial 1998 ? Telle sera la question.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *