FRMF : Beaucoup de bruit pour rien

FRMF : Beaucoup
de bruit pour rien

Enfin, le bureau fédéral s’est réuni. C’était jeudi denier au siège de la Fédération royale marocaine de football à Rabat. Et il le fallait, pour deux simples raisons.
D’abord, il y a la contrainte du temps. Moins d’un mois et demi nous sépare du jourj. Jour de désignation par la FIFA du pays organisateur de la Coupe du Monde 2010, alors que la FRMF n’a pas encore tenu son assemblée générale. Le compte à rebours a commencé et il n’était plus permis de reporter ladite réunion, déjà repoussée à plusieurs reprises. La dernière en date remonte au 3 décembre 2003, alors que le mandat du Bureau fédéral avait expiré la fin de l’année dernière. Ensuite, parce que le même Bureau fait l’objet de tirs croisés de la part de la presse nationale et, dernièrement, de la part de certains médias étrangers sur la légitimité du statut de la FRMF. Cette réunion s’inscrivait, donc, dans l’urgence. En clair, il était temps de sauver les meubles. Ce jour-là, il y avait à l’ordre du jour l’exposé des rapports techniques des trois entraîneurs nationaux : Badou Zaki, Mustapha Madih et Fethi Jamal.
Tous ont été reconduits à la tête de leurs équipes nationales respectives. Il devait y avoir aussi l’examen de la santé financière de la FRMF. Finalement, les discussions ont été focalisées beaucoup plus sur le premier point et sur la date de la tenue de l’assemblée générale de la FRMF, le 22 avril prochain. Mais avant, les ligues régionales ont jusqu’au 20 du mois courant, soit deux semaines, pour tenir leurs assemblées générales. Une décision de dernière heure qui, semble-t-il, a mis les ligues régionales devant le fait accompli. «Sur le plan juridique, on n’est pas obligé de tenir ces assemblées », a déclaré Mohamed Bensghir, président de Rabita. Lors de cette réunion, il a été aussi question du salaire de Badou Zaki, revu à la hausse (300 000 DH au lieu de 150 000 DH). En l’absence du trésorier général de la FRMF, Abdellah Benhssein, les autres aspects financiers n’ont pas fait l’objet de discussions. Il s’agit, notamment, des arriérées des joueurs, 400 000 DH pour chaque joueur, pour avoir atteint la finale de la CAN 2004, et sur lesquelles les deux parties se sont mises d’accord avant le départ pour la Tunisie. Alors que deux jours auparavant, mardi dernier, certains responsables et à leur tête le 1er vice-président de la FRMF, Mouhamed Aouzal, avaient rencontré les joueurs de l’équipe nationale pour trouver un terrain d’entente à ce bras de fer, surtout que les phases éliminatoires pour la CAN et le Mondial 2006 débutent dans deux mois.
Rencontre au cours de laquelle les joueurs ont fait savoir aux responsables que ces arriérées n’avaient rien à voir avec la prime royale. Et que celle-ci n’annule en aucun cas celle promise par les responsables de la FRMF.
Si Mustapha Madih a vu son contrat renouvelé, le problème des arriérées des joueurs de l’équipe nationale olympique, lui, n’arrive pas à voir le bout du tunnel. 40 000 DH pour chaque joueur, et ils les réclament depuis leur retour du Qatar, auxquels il faut ajouter la prime de qualification pour les Jeux olympique d’Athènes. Autre point qui n’a pas été soulevé lors de cette réunion, encore une fois une affaire d’argent, c’est celui des salaires des cadres techniques, médicaux et administratifs qui travaillent au sein de la fédération et qui n’ont pas touché un seul sou depuis presque trois mois. Il semble que, devant toutes ces charges, les responsables de la FRMF ont préféré tout reporter pour l’assemblée générale. Mais ce qui est sûr, aujourd’hui, c’est que le voile sera levé le 22 avril prochain. Même avec les dernières cagnottes (0,5 million de DH «espèces» remportés lors du tournoi de Qatar, 750 000 DH chèque remis par Coca-cola lors de la «nuit des stars», 80 000 dollars, chèque versé par l’équipementier américain, Nike, lors de la signature du contrat de sponsoring la semaine dernière; le reste, 200 000 dollars, sera sous forme d’équipements), la FRMF ne pourra pas s’en sortir. Il faudra que la trésorerie de la FRMF racle au fond des caisses pour honorer tous ses engagements.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *