FRMF : L’heure des comptes a sonné

FRMF : L’heure des comptes a sonné

L’heure des comptes a sonné. Lors de la dernière réunion du bureau fédéral, tenue le 1er avril, il a été décidé, entre autres, de confier à un commissaire aux comptes la lourde tâche d’établir la santé financière de la Fédération royale marocaine de football. Mais, bien avant, les comptes de la FRMF ont été confiés à un cabinet d’audit. Le rapport de ce dernier est en voie de finalisation. Selon Abdellah Ben Hsaïn, trésorier de la FRMF, il sera prêt avant la date de la tenue de l’assemblée générale, le 22 avril. Rapport qui, par la suite, sera approuvé et validé par le commissaire aux comptes. «Les détails du rapport financier seront exposés lors de l’assemblée générale», a expliqué Ben Hsaïn, qui se veut rassurant. «Pas de soucis à ce niveau. La gestion des ressources et des dépenses de la fédération a été rigoureuse». Seulement voilà, un compte n’a pas encore trouvé son compte. Celui de Mohamed El Gartili, assesseur au sein de la FRMF, président de la délégation marocaine qui a fait le voyage à Qatar, ex-porte-parole de la FRMF et ex-président de la commission technique. Les 180 000 dollars, en espèces, donnés aux joueurs et aux membres de la délégation ont soulevé un tollé. Depuis qu’El Gartili est rentré de Qatar, le trésorier de la FRMF n’a cessé de lui réclamer des justificatifs à ces dépenses.
Demandes, qui jusqu’ici, sont restées lettre morte. «Au jour d’aujourd’hui, nous n’avons pas reçu de justificatifs de la part d’El Gartili», tient à souligner le trésorier de la FRMF. Ce compte, qui, en principe, devait se réglait à l’amiable, s’est transformé en règlement de compte. Selon Ben Hsaïn, la participation des «Lions de l’Atlas» à la CAN 2004 en Tunisie n’a pas rapporté grande chose aux caisses de la FRMF. Ce sont plutôt les retombées de la brillante prestation de l’équipe nationale en Tunisie, qui ont été très importantes. La récupération de l’exploit et de l’image des «champions du coeur» ont drainé des sommes que seul le trésorier de la FRMF est censé le savoir.
À l’exception de 0,5 million de DH du tournoi de «l’amitié» de Qatar, 750 000 de DH versés par Coca-Cola lors de la «Nuit des stars», entre 15 et 20 millions DH attribués chaque année par Maroc-Telecom, 80 000 dollars versés dernièrement par le sponsor américain Nike, loin des 500 000 dollars versés par le même équipementier à la Fédération royale marocaine d’athlétisme, rien n’a filtré sur le reste des rentrées. Quant aux dépenses, lors de la CAN, elles sont estimées à 120.000 euros, soit 1,3 million DH (billets, hébergement…). À cela, il faut ajouter d’autres charges encore en instance. D’abord, les arriérés des «Lions de l’Atlas», 400.000 DH pour chaque joueur pour avoir atteint la finale de la CAN 2004, et sur lesquels les deux parties se sont mises d’accord avant le départ pour la Tunisie.
À souligner, qu’avant la réunion du bureau fédéral, certains responsables et à leur tête le 1er vice-président de la FRMF, Mouhamed Aouzal, avaient rencontré les joueurs de l’équipe nationale pour trouver une issue à ce problème, surtout que les phases éliminatoires pour la CAN et le Mondial 2006 s’approchent. Rencontre au cours de laquelle les joueurs ont fait savoir aux responsables que ces arriérées n’avaient rien à voir avec la prime royale. Autres joueurs, autres arriérés. Celles des «Lionceaux».
Le reste des 100 000 DH, 40.000 DH, prévus pour chaque joueur ayant participé au tournoi de Qatar ont été annulés. 20 000 de DH du Maroc-Suisse aussi. C’est ce qu’a annoncé un joueur de l’équipe nationale olympique. Finalement, les «Lionceaux» n’auront droit qu’à la prime de qualification pour les Jeux olympique d’Athènes. Et encore. Toujours côté dépenses, les salaires des cadres techniques, médicaux et administratifs de la fédération qui n’ont pas touché un seul sou depuis presque trois mois.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *