FUS-ASS : une finale entre frères ennemis

FUS-ASS : une finale entre frères ennemis

Grâce à un match autoritaire, l’Association Sportive de Salé a remporté le week-end dernier son match de demi-finales retour contre le Raja, lui permettant ainsi de jouer sa première finale. Ceci s’est déroulé à la salle Abdellah Ibn Yacine de Rabat. Un succès pétardant qui place les Slaouis dans des positions adéquates pour décrocher la première finale de l’histoire du club.
La victoire fut acquise avec autorité et grâce à beaucoup d’entrain tout le long d’une partie parfaitement gérée, où l’ASS a récolté les fruits de son travail physique. La défaite acquise à l’aller au complexe sportif Mohammed V n’a pas découragé les hommes du coach Saïd Bouzidi. Ces derniers ont pris d’assaut dès les premières secondes le panier des visiteurs qui ont adopté le système défensif 1-2-2, ce qui a permis aux Slaouis de remporter le premier quart-temps sur la marque du 24-20. L’absence du coach rajaoui Mustapha Tazaroualt pour suspension a eu un impact négatif sur le rendement de ses joueurs. C’est son substitut Rafiki qui a dirigé l’équipe. Lors du second quart, tout le monde s’attendait à une réaction du Raja, ce vieux routier habitué aux finales. Mais c’est tout à fait l’inverse qui s’est produit. L’ASS, plus motivée que jamais et très bien menée par son axe Patric N’Gongba. Cheïkh Fall et Noureddine Belkaï ont dominé tous les débats sous les panneaux.
Les Rajaouis Rachid Oussama, Kamal Lichtaf et Mohamed Hanouni en baisse de régime, n’ont rien pu faire pour les arrêter. Le deuxième quart-temps s’est terminé en faveur de l’ASS (42-28) et ce malgré l’absence de son marqueur Mustapha Didouch, suspendu. Après la pause, les corsaires n’ont pas voulu lâcher le morceau. Ils ont tenu tête à leurs homologues rajaouis au rebond. Ils ont solidement défendu sur les maîtres tireurs du Raja, Hicham Amrallah, Mohammed Hannouni et Mustapha Khalfi pour prendre un avantage de 12 points à la fin du troisième quart 54-42. Le dernier quart était fatal aux Casablancais qui ont montré une maladresse flagrante, surtout aux lancers-francs et au rebond défensif, ce qui a pesé très lourd au décompte finale 77-55. A rappeler que l’arbitre de Nezha Hanafi et Aziz Mabrouk était au niveau. Dans la salle du 11 janvier à Fès, le MAS a donné la réplique au FUS. Le premier quart-temps était équilibré entre les deux protagonistes qui ont fourni un jeu décousu et brouillon. Score à la fin du 1er quart-temps (18-19) en faveur des visiteurs.
Après la petite pause, les hommes de Driss Ghissassi ont alterné le système défensif 1-2-2 et homme à homme. Deux tactiques appliquées à la lettre qui ont, en quelque sorte, gêné le FUS. Ce dernier a multiplié des erreurs synonymes de douze points de différence à la pause 42-30. Après la reprise, la cadence de jeu n’a pas changé. Cependant, à 2 minutes du 3ème quart-temps, le score de l’aller était rétabli 58-41. Mais l’expérience de Merouane Moutalibi et Mohamed Mouak, entre autres a très vite réduit l’écart à la fin du troisième quart-temps 61-48. A 7ème minute du quatrième set, le MAS est passé à la vitesse supérieure par le biais de N’Bay Matar le catalyseur et le rebondeur Bassim Houari. Cette réaction a permis aux locaux d’afficher vingt points d’écart 68-48, dépassant de trois points le score de l’aller.
Aussitôt après, le MAS a perdu de sa fraîcheur physique, ce qui a permis au FUS de réduire de nouveau la marque et de gérer son acquis du match aller pour terminer le match sur 69/56. Ce résultat le qualifie pour la finale de la Coupe du Trône qui aura lieur le 8 mai 2004 à la salle Ibn Yacine.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *