GNFE 1 : Victoire étriquée des FAR

A force de dominer une rencontre du début à la fin et à force de modifier ses schémas tactiques afin de déverrouiller le système de jeu adverse, on arrive à concrétiser ses desseins. C’est ce qu’a confirmé l’équipe des FAR, lors de sa rencontre contre le Mouloudia. Dès le début, ils ont imposé leur rythme grâce à des combinaisons variées et soutenues : infiltrations sur le flanc gauche par Kaddioui (6ème) et Ajeddou (11ème), des tirs de loin par Lamssassi (16ème) et Raki (18ème) ainsi que des accélérations sur la droite par Bassri. Tout un ensemble d’astuces pour servir leur buteur maison Ouaddouche.
Seulement en face, il y avait une défense bien dirigée par son gardien et qui allait résister jusqu’à la 88ème minute, tout en opérant par des contres timides puisque sans accomplissement et sans créativité devant El Jarmouni. A lui seul, Charef a failli étouffer toutes les tentatives militaires si ce n’est le heading parfait de Allaoui qui a bien exploité une fraction d’inattention oujdie pour soulager et son entraîneur Madih et ses supporters. Le premier quart d’heure a connu un jeu équilibré même si les militaires étaient plus entreprenants à l’instar d’Ajeddou qui a essayé de mettre en orbite Ouaddouche ou Kaddioui mais sans grand danger puisqu’ils ne sont pas parvenus à inquiéter Charef. La machine militaire allait de nouveau entamer son baroud d’honneur aux 31ème, 35ème, 37ème et 40ème minutes. Ce fut le tour de Kaddioui et Akeddar de se faire distinguer par des tentatives, qui allaient faire mouche si ce n’est la précipitation. Ceci dit la réelle opportunité de but est à mettre à l’actif de Ouaddouche qui a bénéficié d’une superbe passe de Bassri à la 45ème minute. Sa déviation de la tête a effleuré le montant gauche de la cage oujdie. A la seconde période, les Oujdis allaient briller par leurs imprécisions sur le plan offensif et leurs passes à l’adversaire n’ont pu en aucun moment inquiéter Elarjouni. Et lorsqu’on ne sait que se défendre, il faut s’attendre aux foudres adverses et au revers de la médaille. C’est ce qui arriva aux toutes dernières minutes grâce notamment aux multiples changements opérés par Madih. Les rentrées de Allaoui (67ème) et Merzouk (67ème) et auparavant Lotfi ont accentué la menace militaire et ont facilité la suprématie numérique devant le cage de Charef. Avec cinq joueurs à vocation offensive, les carottes étaient cuites. Et le but inscrit par Allaoui au dernier moment a ponctué cet élan.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *