Gosso gosso jusqu’à la victoire

Gosso gosso jusqu’à la victoire

Il est encore très jeune, brillant et il ne cesse actuellement de faire parler de lui, tant dans les milieux rajaouis que wydadis. Lui, c’est bien le milieu de terrain des Rouge et blanc, l’ivoirien Jean Jacques Gosso Gosso. La raison de toute la publicité dont il fait l’objet, à l’aube d’une saison footballistique 2005-2006 qui s’annonce d’ores et déjà chaude, est bien simple. Le joueur est convoité de partout, y compris des frères ennemis de la capitale économique. Pour le Raja comme pour le Wydad, le milieu de terrain, âgé d’à peine 22 ans, est un trésor précieux, à préserver pour les uns, à s’approprier pour les autres. Avec un contrat qui prendra fin en décembre prochain avec le Wydad, Gosso Gosso fait l’objet de tentatives rajaouies de rapprochement. Une rumeur qui n’a pas manqué d’en inquiéter plus d’un, côté Rouge et blanc. A commencer par le public. Un public, nous rapporte le site internet de la très influente Association Rouge et blanc (www.wydad.com), qui n’a pas hésité à aller vers le joueur et s’enquérir du départ ou non de Gosso Gosso. L’occasion pour ce dernier d’infirmer sa volonté de rejoindre les Vert et blanc. C’est en effet à l’issue de la séance d’entraînements de lundi 25 juillet que l’Ivoirien a réagi aux questions qui lui ont été posées par un groupe de supporters. A  une question sur son hypothétique départ vers le RCA, Gosso a répondu par un éclat de rire,  «Vous plaisantez ? Vous croyez vraiment que j’irais au raja ?.. Sérieusement, je n’ai pas envie de partir et je souhaiterai renouveler mon contrat avec le WAC». Une réponse qui se voulait claire mais qui cache plus que ce qu’elle dévoile. D’ailleurs, Gosso Gosso s’est refusé à tout autre commentaire concernant d’éventuelles renégociations de contrat avec le WAC. Mais ce qui est sûr, c’est qu’un renouvellement de contrat impliquera forcément une proposition autre, ou en tout cas avec une meilleure rémunération du joueur, de la part des dirigeants du WAC. Des dirigeants dont les noms ne sont pas toujours connus, le fraîchement élu président Taieb Fechtal, ayant le jour de son élection, lors de l’assemblée générale du club, tenue samedi dernier, ayant requis un délai d’une semaine pour proposer des noms au comité dirigeant. En attendant, la pression va bon train au sujet de celui dont le Wydad s’était adjugé les services en novembre 2002. Le club était alors sous les commandes de l’Argentin Oscar Fullone, celui-là même qui avait repéré le jeune Gosso Gosso, âgé alors de 20 ans et qui jouait pour les Juniors de son pays.
D’ailleurs, c’est au cours de la Coupe d’Afrique des Nations junior qui s’était joué au Burkina Faso en janvier 2003 qu’il fera le plus parler de lui. Une vrai trouvaille. La classe et «l’immense volume de jeu», tel que les Wydadis en parlent, de l’ivoirien lors de cette compétition en fera une véritable perle que le Wydad s’est dépêché de cueillir. Capitaine de l’équipe nationale junior de Côte d’Ivoire, Gosso Gosso allait arriver en finale de la compétition et perdre de justesse face à l’Egypte. Cette place en finale a assuré à son équipe de participer à la Coupe du monde Junior en décembre.
De retour au Maroc, Jean Jacques Gosso Gosso allait confirmer tout son talent et s’imposer très rapidement au sein du milieu de terrain de son club d’adoption.
Titulaire dès le premier match, il allait garder sa place durant tous les autres jusqu’à la fin de la saison que ce soit avec Fullone, Zarko, Benabicha ou Taoussi comme tous les autres entraîneurs qui sont venus après. Le joueur, avec 16 matchs disputés cette année, et même sans avoir marqué de but et avec 3 cartons reçus n’en finit pas de surprendre.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *