Grandes ambitions, petits projets

Depuis l’arrivée du gouvernement de l’alternance, c’est un nouveau souffle dans tout le Maroc. Une expérience dont le pays avait grandement besoin et qui est venue donner un coup de fouet à plus d’un domaine. Le mot d’ordre est le changement. Un changement qui ne serait mené à bon port que si l’on tient compte d’un élément constitutif du potentiel dont dispose le Maroc.
La Jeunesse. Qui dit jeunesse dit sport. Deux éléments qui vont de pair (on en a pour preuve le ministère de tutelle) mais qui semblent réduits au minimum dans la logique du renouveau à laquelle souscrit le Royaume. Il n’y a qu’à voir le budget alloué au ministère de la jeunesse et des sports, qui se limite à 0,6% du budget national global, pour s’en rendre compte. À quoi peut-on s’attendre donc quand la question de la promotion du sport national se pose? Pas à une révolution en tout cas.
Le ministère de tutelle affiche, pour sa part, un optimisme certain. Et pour cause : le budget d’investissement pour la jeunesse et sports est passé de 75 millions de dirhams en 1997 à 291 millions en 2000. La part du sport durant les 6 dernières années a été de 700 millions de dirhams. Le souci majeur du ministère était de trouver les voies et moyens de soutenir le sport. Un programme d’action a été entamé à cette fin. Il consiste tout d’abord à doter le pays de l’infrastructure nécessaire en matière de salles omnisports et de pistes synthétiques d’athlétisme.
Ainsi 12 salles sont en voie d’être achevées . 80% d’entre elles sont prévues hors de l’axe Tanger – Casablanca, ce qui témoigne d’une politique de décentralisation en la matière. Un budget avoisinant les 7 millions de dirhams a été débloqué pour chaque projet de salles. Une somme à laquelle s’ajoutent quelque 6 millions de dirhams pour chaque piste d’athlétisme, au nombre de 7, et qui sont également en cours de réalisation.
Des constructions mais aussi des partenariats, notamment avec la Chine. Un projet de 3 piscines olympiques à Kénitra et Marrakech en est né. Les travaux sont déjà entamés. 21 autres actions de coopération avec le fond MEDA, sont menées et dont le principal bénéficiaire sera le milieu périurbain et rural. Avec un budget de 100 millions de dirhams, on prévoit de construire 7 terrains et 7 pistes d’athlétisme avec une capacité d’accueil moyenne. Un fonds extra-budgétaire de 30 millions de dirhams, financé par la société « La Marocaine des Jeux », a également été créé pour soutenir, principalement, les différentes fédérations sportives.
Les fédérations dont le fonctionnement, respect de l’autonomie oblige, n’est pas suivi comme il se doit par le ministère. Son rôle à cet égard se limite à tenir des réunions avec les responsables fédéraux à chaque fin d’exercice budgétaire. Il s’agit aussi « d’accompagner » les initiatives des fédérations. La donne est à même d’être bouleversée, du moins pour le football. Un programme de réforme de ce sport a été annoncé. Il consiste en la mise à niveau du championnat GNF1 en portant assistance aux clubs et en restructurant tout le secteur en y ajoutant deux notions fondamentales : la formation et l’établissement de cahiers de charge. Un accompagnement du financement des clubs a été également de mise et sera effectué sur une période transitoire. Le suivi du respect, ou non, des réglementations en vigueur par les fédérations, clubs, entraîneurs et joueurs a aussi été envisagé. On le sait, le Maroc aspire depuis bien longtemps à l’organisation de la coupe du monde. L’échec des précédentes candidatures était dû, ce n’est un secret pour personne, au manque qu’accuse le pays en matière d’infrastructures capables d’accueillir l’événement sportif n°2 au monde, après les jeux olympics.
La loi de finances 2002 consacre 1,5 millions de dirhams à la construction de trois stades à Tanger, Marrakech et Agadir. Les études techniques préliminaires sont établies et la finalisation des trois complexes est prévue pour la fin 2004. Du concret…pour une fois ! L’ambition ne manque pas, l’action doit suivre.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *