Groupe G : le Togo abat sa dernière carte

La Suisse partira en position de favori dans le match qui l’opposera ce lundi après-midi au Togo à l’occasion du deuxième match des deux équipes dans le groupe G de la Coupe du monde. "C’est plutôt rare pour nous d’être considérés comme favoris mais l’équipe peut assumer ce statut", a estimé le toujours très calme sélectionneur suisse, Kobi Kuhn.
La Suisse, qui retrouve la phase finale après douze ans d’absence et qui a fait match nul avec la France en match d’ouverture (0-0), aura en tête de gagner pour faire un pas vers les huitièmes de finale. Le Togo, une des surprises des éliminatoires dans la zone Afrique, a pris un mauvais départ en s’inclinant face à la Corée du Sud (1-2) et jouera déjà sa survie dans la compétition. "Pour le Togo, c’est la dernière chance. On est des outsiders, c’est clair", a avoué Otto Pfister, l’entraîneur allemand des "Eperviers". Si aucune équipe africaine n’a remporté son premier match, la tendance s’est un peu inversée lors des deuxièmes matches de poules. L’Angola a pris un point au Mexique (0-0) et le Ghana s’est imposé contre la République tchèque (2-0). D’ou l’espoir togolais de provoquer une nouvelle surprise.
Les hommes de Pfister abordent la rencontre dans un climat apaisé. Pfister, qui avait démisssionné trois jours avant le match d’ouverture, est depuis revenu. Par ailleurs, les joueurs ont décidé d’oublier la question des primes -pomme de discorde avec leur fédération depuis l’arrivée en Allemagne- et de se concentrer sur le football. "C’est l’honneur du Togo qui est en jeu. L’honneur de nos familles", a affirmé Mohammed Kader-Touré, auteur du but togolais contre les Coréens.
Le latéral gauche Ludovic Assemoassa, aligné contre la Corée du Sud, vient d’être opéré du genou alors que le défenseur axial et capitaine Jean-Paul Abalo sera suspendu.
Dans le camp suisse, le très précieux défenseur latéral Ludovic Magnin devrait être opérationnel. Magnin avait été touché à la cheville contre la France.
Kuhn souhaite voir son équipe jouer plus vite que face à la France. "C’est notre objectif (…) mais le climat ne nous permet pas de faire des étincelles pendant 90 minutes", a prévenu Kuhn.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *