Groupe H : suspense tous azimuts

Groupe H : suspense tous azimuts

L’Ukraine, ridiculisée (0-4) par l’Espagne pour le premier match de phase finale de son histoire, joue déjà son avenir dans le Mondial 2006 de football face à l’Arabie Saoudite, lundi à Hambourg (16h00 GMT) dans le groupe H. Personne n’avait prévu une telle déroute des hommes d’Oleg Blokhine, qui n’avaient encaissé que 7 buts en 12 matches de qualifications dans un groupe comprenant la Grèce, championne d’Europe, la Turquie, 3e du Mondial-2002, et le toujours solide Danemark.
"Cette défaite contre l’Espagne a été un véritable choc dans le pays, d’autant que les gens s’étaient habitués à ce que nous gagnions nos matches", raconte le président de la Fédération ukrainienne Grigoriy Surkis.
Ce revers a souligné la dépendance de la sélection à l’égard d’Andreï Schevchenko, auteur de 6 des 18 buts ukrainiens en qualification.
Or, le futur attaquant de Chelsea reconnaît qu’il est "loin de sa forme optimale", après sa blessure à un genou le 7 mai lors de la dernière journée du championnat d’Italie sous le maillot de l’AC Milan.
Mais le capitaine ukrainien, en difficultés pour son retour face à  l’Espagne, espère monter en puissance pour ce match de la "dernière chance"  pour la qualification en huitième de finale. Une rencontre pour laquelle le milieu de terrain Oleg Gusev est incertain (genou) et le défenseur Vladislav Vashchuk suspendu après son exclusion contre l’Espagne. Le match nul contre la Tunisie (2-2), même s’il a été concédé dans le temps additionnel, a au contraire mis en confiance l’Arabie Saoudite, qui avait été balayée par l’Allemagne (0-8) lors de son premier match en 2002. Et elle entend bien maintenir la tête des Ukrainiens sous l’eau, malgré l’absence du milieu de terrain Mohammad al-Shlhoub rentré au pays en raison du décès de sa mère.
Après avoir qualifié l’Ukraine d’équipe "faible" au soir de la première journée, l’entraîneur brésilien des "Fils du désert", Marcos Paqueta, s’est montré plus diplomatique dimanche, mais il appelle ses joueurs "à profiter de la situation tendue", dans laquelle se trouvent leurs adversaires. Comme l’a affirmé l’attaquant ukrainien Sergueï Rebrov, ce match fleure bon le combat de "boxe".
Par ailleurs, la rencontre Espagne-Tunisie, lundi à Stuttgart (21h00 locales, 19h00 GMT), met en présence deux équipes aux styles opposés selon le sélectionneur tunisien Roger Lemerre, tandis que l’Espagnol Xavi juge, au contraire, que les deux pays pratiquent un jeu similaire. "Cela sera la confrontation de deux styles", a affirmé samedi l’entraîneur français au camp de base de la Tunisie à Schweinfurt (sud).
"Son football ressemble au nôtre", avait déclaré Xavi vendredi à propos du futur adversaire de l’Espagne. "Nous avons vu peu de choses (de la Tunisie), avait-il ajouté, mais c’est peut-être un adversaire plus technique que l’Ukraine." "Nos joueurs aussi sont bons et ont peut-être un peu plus de puissance", assurait Roger Lemerre. "C’est normal qu’il pense cela de son équipe", a expliqué dimanche le gardien de la "Seleccion", Iker Casillas, lors de la conférence de presse d’avant match. "Ca me semble logique".
Le sélectionneur espagnol Luis Aragones semblait surtout redouter le milieu  de terrain tunisien. "Ils ont un milieu de terrain très fort, soulignait-il. C’est une équipe très technique avec un gros physique."    Pour lui faire face, le "Sage" Aragones devrait faire appel aux mêmes  joueurs que contre l’Ukraine (victoire 4-0).
"Vu comment ça se passe jusqu’ici, il est logique que l’entraîneur continue  à faire confiance aux mêmes joueurs", confiait samedi le jeune milieu Francesc  Fabregas, entré en jeu devant les Ukrainiens.
En cas de victoire au stade Gottlieb-Daimler de Stuttgart, la "Seleccion" serait assurée de se retrouver en 8e de finale, voire même de terminer à la première place en fonction du résultat de l’autre match, Arabie Saoudite-Ukraine. Pour la Tunisie, une défaite ne serait évidemment pas une bonne chose, surtout si l’Ukraine, son adversaire lors du dernier match, venait à battre l’Arabie Saoudite. Mais elle ne serait pas éliminée.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *