Handisport : El Aouni président

Handisport : El Aouni président

Hamid El Aouni est désormais le nouveau président de la Fédération royale marocaine des sports pour personnes handicapées. Telle est la principale nouveauté apportée au sein de cette discipline à l’issue de l’assemblée générale élective du vendredi 24 juin 2005, tenue à Rabat. Une élection qui entre dans le cadre des assises de ladite fédération.
Une fédération qui se fixe comme objectifs la promotion d’une discipline sportive, tributaire du dialogue et de la communication entre les associations et la fédération. Un objectif qui n’est pas tout à fait atteint étant donnés les multiples maux dont souffre cette discipline, notamment sur ce dernier point. Preuve en est le report  dont la tenue même des assises a fait l’objet auparavant. L’assemblée générale de la fédération était, en effet, prévue le 12 juin à Safi. Mais onze clubs seulement, sur un total des 28 clubs affiliés, ont répondu présents. Le quorum ne s’étant pas réalisé, l’ancien président de la fédération Hassan Salafi avait déclaré le report des assises. Une décision somme toute démocratique, mais qui en dit long sur les conflits, d’ordre personnel, qui traversaient cette discipline, certains dirigeants cherchant des fauteuils au bureau fédéral à tout prix, avec toutes les pertes, notamment de temps, que de telles attitudes entraînaient. Certains clubs voulaient également sanctionner les anciens membres fédéraux en les écartant par le biais des urnes.
Pourtant, le bilan sur le plan sportif est on ne peut plus satisfaisant. La fédération avait organisé le championnat arabe d’athlétisme. La récolte lors des jeux paralympiques d’Athènes était également bonne avec cinq médailles. Nos représentants aux jeux panarabes d’Alger ont permis au Maroc d’obtenir le cinquième rang au classement général.
 Au niveau national, la fédération gère 10 disciplines, en organisant les championnats avec toutes leurs phases ainsi que les coupes du trône. Interrogé par ALM, avant le déroulement des élections, Hassan Salafi se voulait rassurant :  «le bilan du bureau fédéral est positif. Le handisport n’a pas besoin de déchirures intestines, nous devons surtout gagner la confiance des pouvoirs publics et des acteurs économiques ». On peut se demander dans ce sens si les nouveaux membres protégeront mieux les athlètes, surtout que la carrière d’un sportif est pleine d’aléas puisque ce dernier est affronté quotidiennement à des contacts physiques. Sans oublier que l’objectif recherché est de garantir une meilleure  discipline des personnes handicapées non seulement sur le plan sportif mais aussi social et professionnel.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *