Hervé Renard passe au confessionnal

Hervé Renard passe au confessionnal

Invité de l’émission «Le Vestiaire» diffusée lundi soir sur RMC Sport

On est partis à Amsterdam et au bout de trois minutes de conversation, tout était réglé. Hakim avait envie de revenir, il est très attaché à son équipe nationale. Cette erreur, j’en suis responsable à 99%.

Lors de l’émission «Le Vestiaire» diffusée lundi soir sur RMC Sport, Hervé Renard s’est exprimé sur de nombreux sujets liés à la sélection nationale. Avec son franc-parler habituel, l’entraîneur a démontré une fois de plus son professionnalisme et sa grande humilité.

A l’approche du plus grand rendez-vous footballistique africain qu’est la Coupe d’Afrique des Nations, les présentateurs Emmanuel Petit et Frank Leboeuf ont mis l’accent sur l’éventuelle composition du Onze national ainsi que le déroulement des préparations.

Sélectionneur du Maroc depuis février 2016, Renard a souligné que le plus important c’est l’homogénéité du groupe. Celui-ci devait être composé de joueurs qui répondent à des critères tels que le dévouement et l’esprit d’équipe. La liste des retenus comprendrait majoritairement les joueurs ayant disputé le Mondial russe avec en outre l’appel en renfort de nouveaux éléments tels que Oussama Idrissi (AZ Alkmaar), Noussair Mazraoui (Ajax Amsterdam) et Ynuis Abdelhamid (Stade de Reims).

Bien que la liste dévoilée ne soit qu’à titre indicatif, elle a été marquée par l’absence de joueurs locaux à l’exception du portier du Wydad, Reda Tagnaouiti.

Autre sujet abordé, celui de l’autre pépite de l’Ajax Amsterdam, Hakim Ziyech, et qui fait actuellement couler beaucoup d’encre en raison de l’intérêt grandissant de grands clubs européens qui ambitionnent de s’attacher ses services. Tendue, la relation entre Renard et Ziyech était tout sauf bonne à son commencement. A l’époque, le joueur, actuel demi-finaliste de la Ligue des champions, a déclaré ne plus vouloir jouer en sélection tant que Hervé Renard était sur le banc. Avec le recul, l’entraîneur national a fait son mea culpa.

«Je suis nommé sélectionneur, je commence l’entraînement le lundi. On joue le samedi au Cap-Vert, sur un terrain synthétique avec beaucoup de vent, un match typiquement africain dans les caractéristiques que je connais, se souvient-il. Je mets Hakim dans les tribunes. On commence sur des bases difficiles. On joue le retour au Maroc trois jours après, il rentre 25 minutes. Mais il n’était certainement pas satisfait du stage dans son intégralité. Je commets là une erreur : je ne lui parle pas. Chacun part de son côté. La situation se crispe. Il revient, la troisième fois, il est un peu blessé… jusqu’à ce que je ne le sélectionne plus.»

Ce n’est que sur initiative du président de la Fédration royale marocaine de football que les deux hommes partent à la rencontre de Ziyech afin de mettre fin à cet imbroglio.

«On est partis à Amsterdam et au bout de trois minutes de conversation, tout était réglé. Lui avait envie de revenir, il est très attaché à son équipe nationale. Cette erreur, j’en suis responsable à 99%. Aujourd’hui le problème est plus que réglé.»

Par ailleurs, Hervé Renard s’est également exprimé au sujet des cas de fraude sur l’âge dans les compétitions de jeunes en Afrique faisant allusion à l’élimination précoce du Maroc des CAN U17.

Pour lui, la falsification des âges est une pratique qu’exercent encore certaines fédérations. «Cela ne fera pas plaisir que je dise ça, mais c’est un fléau important auquel il faut remédier pour l’intérêt du football africain», a-t-il fait remarquer.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *