Hicham El Guerrouj défend les personnes à besoins spécifiques

Hicham El Guerrouj défend les personnes à besoins spécifiques

«Je me sens humble devant ces athlètes qui relèvent un double défi, celui de pousser au plus loin leurs performances physiques, d’une part, et celui de surmonter leur handicap, d’autre part. Ils méritent d’avoir une chance dans la vie», a indiqué, mardi 8 juin, à Marrakech, Hicham El Guerrouj lors d’un panel organisé en marge du Congrès mondial de Special Olympics , organisé sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI et la présidence effective de SAR la Princesse Lalla Amina, présidente de Special Olympics Maroc et membre du Conseil consultatif international de Special Olympics. En effet, le double champion olympique et quadruple champion du monde a plaidé pour davantage d’investissement dans le sport pour personnes à besoins spécifiques à travers la construction de terrains de proximité et de centres médicaux à même de faciliter l’intégration de cette catégorie dans la société. «Les athlètes à besoins spécifiques et les autres athlètes ont le point commun d’être passionnés par le sport. Cependant en matière de coaching, les entraîneurs de Special Olympics doivent avoir, en plus de l’expérience, une formation spécialisée afin de maîtriser les outils de communication avec cette catégorie d’athlètes et pouvoir leur passer leur savoir d’une manière optimale», a affirmé le recordman marocain. Il est à noter qu’El Guerrouj a participé à ce panel aux côtés de cinq autres personnalités sportives, dont Clarence Seedorf, joueur de l’AC Milan et initiateur de plusieurs actions humanitaires et Nadia Comaneci, championne olympique de gymnastique. Par ailleurs, Hicham EL Guerrouj a exprimé son bonheur d’avoir été choisi par SAR la Princesse Lalla Amina comme ambassadeur de Special Olympics Maroc. «J’ai eu l’honneur et le privilège d’être choisi par SAR la Princesse Lalla Amina comme ambassadeur de Special Olympics Maroc et j’espère mener à bien cette noble mission et contribuer à l’insertion sociale des personnes à besoins spécifiques, par le biais du sport», a-t-il souligné. En outre, les participants à cette séance ont été unanimes à mettre l’accent sur la dimension humanitaire dans le travail des entraîneurs de Special Olympics, qui doivent disposer, en plus de la compétence, de la capacité de comprendre les athlètes à besoins spécifiques s’ils veulent réaliser des résultats à la hauteur des attentes de Special Olympics International.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *