Hiddink quitte la Corée du Sud

Après avoir fait entrer la Corée du Sud dans la cour des grands du football, 4e du mondial 2002, l’entraîneur néerlandais Guus Hiddink a reçu, au cours d’une cérémonie organisée par les supporteurs sud-coréens, un vibrant hommage de la part de plusieurs centaines de personnes auxquelles il a promis qu’il allait revenir rapidement. «Ce n’est pas un adieu, juste un au revoir», a-t-il déclaré avant de prendre l’avion à destination d’Amsterdam.
Lundi, le demi-finaliste de la coupe du monde rencontrera les dirigeants du PSV Eindhoven pour discuter d’un éventuel contrat. Malgré des propositions intéressantes de la part de la fédération sud-coréenne, Hiddink n’a pas voulu renouveler son bail. Le Néerlandais compte entraîner une équipe au quotidien.
Parmi les clubs qui l’ont rapproché, le PSV Eindhoven reste le plus favori pour s’offrir ses services. Un club où il a fait ses premiers débuts et avec lequel il a remporté une coupe d’Europe des clubs champions en 1988 avant de prendre les destinées du club de Fenerbahçe, en 1990. Après la Turquie, il s’est rendu en Espagne où il s’est fait un nom avec Valence (1991-93), puis Real Madrid (1998-99) et Betis Séville (2000). «Je rencontre les dirigeants demain et nous allons discuter de tout cela.
Je pense que les négociations vont bien avancer parce que nous nous comprenons bien», a déclaré ce dernier, qui, toutefois, ne cache pas son souhait de continuer à travailler avec les dirigeants du football coréen en tant que conseiller pour préparer le prochain mondial. Aussi, Hiddink a déclaré vouloir emmener avec lui quelques jeunes talents sud-coréens pour les aguerrir dans des championnats européens plus difficiles qu’en Asie: «Je ne sais pas encore qui j’aimerais emmener avec moi en Europe mais ils pourraient être plus jeunes que ceux qui étaient sélectionnés pour la coupe du monde.». Depuis l’exploit de la Corée du Sud en coupe du monde, premier pays asiatique à atteindre le dernier carré d’une coupe du monde de football, Hiddink est devenu l’étranger le populaire de toute l’histoire du pays du matin calme. En guise de reconnaissance, il a été proclamé citoyen d’honneur.
Et ce n’est pas tout. Des contrats publicitaires mirobolants, une maison de campagne, des billets d’avion première classe et une limousine. Le prix d’un travail de 18 mois !

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *