Hors-jeu : La loi de la contrainte

Le GNF tient son assemblée générale aujourd’hui. Celle de la FRMF aura lieu après-demain. C’est comme s’il y avait du feu à la maison pour déballer tous les meubles en vrac et sauver tous les biens en catastrophe. Il faut mettre à la décharge des dirigeants de notre football que cette précipitation, après une attente languissante, n’est pas le propre des fédérations.
C’est une culture ancrée dans les esprits de nous autres Marocains que d’attendre qu’on y soit obligé pour que l’on agisse selon les normes. Ce comportement malsain est courant dans tous les domaines que ce soit en politique, en sport, en économie ou dans la vie professionnelle de tous les jours. C’est pour cela que toutes les mises à niveau tardent à venir alors qu’on roule vraiment très en dessous de la vitesse de la mondialisation.
Le mal de l’administration figée et de la bureaucratie mortelle a contaminé toutes les composantes de la société marocaine depuis les administrateurs jusqu’aux administrés. Ce qui se passe dans le domaine de l’habitat, comme la prolifération de logements anarchique et insalubre, est un exemple de cette irresponsabilité de nos responsables. Là, ce sont les directives de SM Majesté le Roi Mohammed VI qui n’ont pas été mises en oeuvre sur le terrain. Pourtant le Souverain n’a pas cessé, depuis son discours du 20 août 2001, d’insister sur la nécessité d’éradiquer ce fléau en mobilisant le gouvernement et les gouverneurs.
Les ministres et les agents d’autorité ont failli. C’est dire que le mal de la négligence est si enraciné que l’anarchie a été banalisée jusqu’à enfreindre toutes les lois. Or comme l’a dit SM le Roi, à quoi ça sert d’adopter des lois si elles ne sont pas respectées de tous et si elles ne se font pas appliquer par les décideurs. Pour transposer cette évidence sur le football, on ne sait pas pourquoi les dirigeants de la FRMF et du GNF ont attendu si longtemps pour tenir leurs assemblées générales respectives. Ce qu’on sait par contre, c’est qu’ils ne le font pas de bon gré puisqu’ils y ont été obligés par… l’Egypte, notre concurrent à l’organisation de la Coupe du monde.
La fédération égyptienne, qui n’était pas à jour, a été sommée par la FIFA de régulariser sa situation statutaire. Les responsables du football égyptien, qui ne manquent aucune occasion pour fustiger le Maroc, ont fait savoir à la FIFA que la FRMF est dans la même situation que la leur. Autrement, si les Egyptiens n’avaient pas dévoilé ce secret de polichinelle au public, nos fédéraux n’auraient jamais pensé à tenir leurs assises avant le 15 mai. La culture de la négligence de la loi pousse à la gestion en catastrophe, quitte à mettre à nu tous nos défauts et notre mépris des statuts et des règlements.
Maintenant que va-t-il se passer à la FRMF et au GNF ? Rien. Le président Housni Benslimane va être reconduit pour des raisons de stratégie qui va de pair avec la discipline militaire. Quand on connaît la médiocrité des dirigeants de notre football, on continue à croire que le Général et ex-gardien de but reste l’homme le plus approprié pour mener à bien la FRMF. Encore faut-il préciser que l’on aurait aimé que quelqu’un se présente contre lui aux élections pour jouer le jeu de la démocratie. Encore faut-il, aussi, que le Général nous débarrasse de ces courtisans qui ne foutent rien et s’affichent trop. Quant au président du GNF, M’hammed Aouzal, il a déjà tout arrangé avec les présidents des clubs au cours de deux réunions pour rempiler. A quoi sert une assemblée générale si tout est connu d’avance ?

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *