Il faudrait un miracle pour se qualifier

Il faudrait un miracle pour se qualifier

Grosse déception. Les «Lionceaux de l’Atlas» ont raté leur avant dernière sortie, dimanche à Adis Abeba, en concédant leur première défaite en cinq matchs face à l’Ethiopie (1-0) lors de l’avant dernière journée des phases éliminatoires des Jeux Olympiques 2004 qui auront lieu l’été prochain à Athènes. L’unique but de la victoire éthiopienne, on aurait bien aimé qu’elle soit marocaine, a été inscrit dans les toutes dernières secondes du match suite à une bourde du défenseur central des Vert et Blanc, Amine Rbati, qui a marqué contre son camp. Déception, on la lisait sur le visage de Mustapha Madih qui comptait beaucoup sur cette confrontation. Et ce n’est pas un hasard s’il tenait à faire participer Marouane Chammakh et Jawad Zaïri pour sceller une fois pour toute ce casse-tête de qualification.
Contre toute attente, car on s’attendait à une victoire marocaine, le Onze olympique est passé à côté du match et a fini par lâcher le morceau. Résultat qui ne fait pas, du tout, l’affaire des protégés de Madih qui voient leurs chances de qualification aux Jeux Olympiques réduites à néant, ou presque. Après cette déconfiture, les «Lionceaux de l’Atlas» rétrogradent de la première à la troisième place du groupe C. La bonne opération de cette cinquième journée est à mettre à l’actif du poursuivant direct de l’équipe nationale olympique, l’Angola, qui n’a pas laissé passer l’occasion pour s’imposer face au petit de ce groupe, à savoir l’équipe de l’Ouganda, et partant renforcer ses chances de qualifications pour les Jeux d’Athènes. A l’issue de la cinquième journée, l’Angola occupe la première place, avec 10 longueurs d’avance, suivi de l’Ethiopie 9, et le Maroc 8. Il faudra un miracle pour que le Maroc puisse décrocher son billet pour Athènes.
Avant le départ de l’équipe nationale olympique pour Addis-Abeba, le coach national, Madih, optimiste, mais tout en restant prudent, avait déclaré que, vu son importance, cette rencontre revêtait un aspect particulier. Il l’avait placée sous le signe de «non à la défaite». Autrement dit, il fallait au moins ramener un match nul de la capitale éthiopienne pour espérer préserver des chances de qualification. Objectif raté, les coéquipiers de Bouden devront se ressaisir face à l’Angola, dans deux semaines au complexe sportif Mohammed V à Casablanca, et attendre le résultat de l’autre rencontre Ouganda-Ethiopie. En cas de victoire de l’équipe nationale olympique face à l’Angola et victoire ou match nul des Ougandais face aux Ethiopiens, le onze national pourrait se qualifier pour les Jeux d’Athènes 2004. Mais l’on n’est pas encore là. Les «Lionceaux de l’Atlas» ont mal entamé les éliminatoires. Plus encore, ils ont perdu beaucoup de points. Les Olympiques auraient pu éviter tous ses calculs là s’ils avaient battu l’Ouganda, équipe qui a encaissé le plus de buts depuis le début de la compétition, sur son terrain.
Il faut dire aussi qu’un autre élément est entré en jeu et venu perturber tout le travail effectué jusque-là par Madih et, par conséquent, démoraliser et décourager l’ensemble de l’effectif. À une semaine du départ de l’équipe nationale olympique pour l’Ethiopie, des rumeurs ont circulé sur le prochain départ de Madih et la prise en main du Onze olympique par Baddou Zaki. Information vite démentie. Mais seulement par ce dernier. N’empêche que lesdites rumeurs ont fait couler beaucoup d’encre et ont semé la zizanie au sein de nos dirigeants. Le comble, c’est qu’aucun responsable de la Fédération royale marocaine de football n’est intervenu pour mettre un terme à ces rumeurs, pour laisser la place aux mauvaises langues.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *