Ithri Rif de Nador en difficultés financières

Ithri Rif de Nador en difficultés financières

Confronté à des difficultés financières qualifiées par ses dirigeants de «sérieuses», le club Ithri Rif de Nador, révélation du championnat d’élite du basket-ball la saison dernière, continue ses préparations, tout en gardant l’espoir de venir à bout de ses embarras matériels dans la perspective d’une entame de saison convaincante. «Malgré nos difficultés, nous sommes conscients de la nécessité d’aller de l’avant pour réaliser des résultats sinon meilleurs, au moins similaires à ceux atteints la saison précédente», ont confié à la MAP, des membres du bureau dirigeant. A quelques jours du démarrage du championnat, le club se trouve menacé par une «crise financière» qui pourrait, selon les dirigeants, compromettre les chances des «Bleu et blanc» cette saison, voir affecter sérieusement l’avenir du jeune club, qui a réussi à faire du basket le sport le plus populaire à Nador. A chaque match d’Ithri, pas moins de 3.000 supporters envahissent la salle omnisports de Nador.Dans un entretien accordé à la MAP, le secrétaire général de Ithri Rif, Mohamed Azzouzi, a souligné que le manque des ressources financières stables rend difficile la tâche du bureau dirigeant, d’autant plus que le club a été obligé, cet été, de recruter de nouveaux joueurs et de changer son staff technique pour signer un parcours à la hauteur des attentes des supporters, de plus en plus exigeants. «Jouer dans la division d’élite nécessite des ressources financières beaucoup plus importantes pour couvrir les charges du club dont les déplacements, les primes, sans parler des salaires des joueurs et du staff technique», a expliqué M. Azzouzi, ajoutant que les charges de l’équipe ont triplé après son accès au championnat d’élite. assin Jamali (Hassania d’Agadir) et Hicham Abdessalam (Ittihad de Tanger), qui ont remplacé Arazane et Msaadia du RAJA, ayant quitté le club cette saison, trois joueurs étrangers (un Américain, un Lituanien et un Allemand) sont actuellement mis à l’essai au sein de l’équipe. Le club s’est attaché, par ailleurs, les services d’un nouveau staff technique espagnol après s’être séparé de son entraîneur Hassan Benkhadouje, en raison de ce que M. Azzouzi a qualifié de «malentendu entre les deux parties».  Le secrétaire général d’Ithri Rif qui déplore l’absence chez certaines entreprises de la province d’une certaine culture de parrainage et de sponsoring, a indiqué que les montants qui proviennent du seul sponsor de l’équipe, une banque de la place, et les recettes de quelques panneaux publicitaires à l’occasion des matches, demeurent insuffisants pour gérer le club, dont la quasi totalité des joueurs sont recrutés.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *