Jamal Sellami : «L’équipe togolaise souffre de conflits internes»

ALM : Plus que quelques jours nous séparent du match contre le Togo. Quelle lecture en faites-vous ?
Jamal Sellami : Ce sera un match difficile et le plus important dans le circuit de l’équipe nationale en ces éliminatoires. Nous savons que l’équipe togolaise souffre de conflits internes. Il y a quelques désaccords entre ses joueurs, et aussi avec leur entraîneur. Par contre, un climat de confiance marque l’entourage de l’équipe nationale après le match contre le Congo. 
Vous faites partie désormais du staff technique prenant en charge l’équipe nationale. Vous serait-il facile d’avoir deux missions puisque vous entraînez également le Difaâ d’El Jadida ?
Je pense que la Fédération royale marocaine de football (FRMF) a pris en compte la programmation des matches de l’équipe nationale pour décaler ceux du championnat qui n’auront pas lieu aux mêmes dates. Cela nous donnera la possibilité de rejoindre nos équipes après les matches internationaux.
 
Vous attendiez-vous à une telle nomination ?
Je ne m’attendais pas à cette nomination en ce moment, mais comme tout entraîneur ambitieux, j’exerce ce métier avec amour et je me perfectionne toujours pour être parmi les meilleurs.
Cette nomination est un honneur pour moi qui ait défendu les couleurs nationales en tant que joueur et en même temps un devoir envers mon pays. Je suis prêt pour mettre toute mon expérience du terrain en collaboration avec mes collègues, Hassan Moumen, Abdelghani Bennaciri et Houssein Ammouta au profit de notre équipe nationale.
 
Parlez-nous de vos débuts ?
Depuis mon enfance, j’étais très attaché au ballon. Quand je jouais avec les copains du quartier, j’entraînais les plus jeunes. Je ne savais pas qu’un jour, je deviendrai un entraîneur reconnu.
Aprés mon parcours en tant que joueur, j’ai décidé de me convertir en entraîneur pour faire profiter de mon expérience et mon savoir aux futurs joueurs de mon pays.

Quels sont les moments forts de votre carrière ?
C’était quand j’ai pris en charge les juniors du Raja avec lesquels j’ai réussi mes premiers pas. Je n’oublierai jamais le soutien de Abderrahmane Soulaimani.
J’avais également assuré avec succès l’entraînement de l’équipe seniors du Raja. J’avais rejoint la direction technique nationale avant d’être sollicité par le Difaâ Hassani d’El Jadida comme entraîneur adjoint. Le grand succès de la fin de ma dernière saison et la qualification pour la Ligue des champions africaine m’ont beaucoup marqué.

Quelles sont les difficultés que vous avez rencontrées ?
J’ai rencontré des difficultés que ce soit avec les dirigeants ou avec les joueurs. Les deux déceptions que j’évoquerais sont : mon remplacement par un dirigeant du football national pour une formation de 6 mois à l’université de Leipzig en Allemagne en 2004-2005 et l’ingratitude ressentie aprés mon parcours avec le Raja en 2005-2006.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *