«Je ne suis pas au MAS pour l’argent»

Aujourd’hui Le Maroc : Quelle est l’histoire de vos retrouvailles avec le MAS ?
Ivica Todorov : Le MAS et moi, c’est une grande histoire d’amour. Les dirigeants du club fassi m’ont contacté il y a plus d’un mois pour que je prenne en main la direction technique de l’équipe. Je n’ai pu répondre par l’affirmative parce que les modalités du contrat qu’ils m’ont proposé à l’époque ne m’ont pas paru intéressantes. Mais aujourd’hui, je me suis adressé aux mêmes dirigeants leur proposant mes services. Le reste n’a plus aucune valeur. Seul compte l’avenir d’un club que j’aime beaucoup et dont les supporters, joueurs et dirigeants me le rendent bien.
Quels sont les termes de votre contrat avec le MAS ?
Je suis entraîneur du Moghreb de Fès pour le reste de cette saison. Pour ce qui est du montant de mon contrat, je pourrais uniquement vous dire que j’ai fait un grand effort. Je suis conscient de la précarité financière de plusieurs clubs marocains, et le club fassi en fait partie biensûr.
Mais j’insiste sur un seul fait : je ne suis pas au MAS pour de l’argent, loin de là. C’est la grande affection que je porte à cette équipe qui m’a poussé à y revenir.
J’ai entraîné l’effectif il y a quelques années et je m’apprête à travailler avec lui encore un fois. Certains joueurs que j’ai moi-même intégré au groupe en font toujours partie. Je vous le redis, je suis revenu à ce club parce qu’il m’est très cher.
Vous faites allusion à votre dernier passage comme entraîneur du Moghreb de Fès ?
Oui, la saison 1996-1997 est inoubliable. Elle est l’une des saisons les plus belles de ma carrière d’entraîneur. Le MAS évoluait alors en deuxième division du championnat, ce qui m’a rendu très réticent quand les dirigeants m’ont proposé d’entraîner l’équipe. Un de vos confrères de la Radio marocaine, Mohammed Azzaoui, m’a alors contacté pour me convaincre. Ses arguments ont eu raison de mes réticences. Le groupe a été l’auteur d’un très bon parcours cette saison. Il a pu regagner sa place parmi les meilleures équipes marocaines en première division du championnat. N’est-ce pas ce même public merveilleux qui m’a donné un nom que j’aime beaucoup, «Moulay Driss Todorov» en l’occurrence ?
Quels sont les objectifs que vous vous êtes fixés à la tête de la direction technique du club ?
Il faut d’abord redonner confiance à l’effectif, qu’un climat d’entente règne. J’attendrais les cinq premier matches pour voir, mais je pourrais dès aujourd’hui vous dire qu’une victoire lors de la prochaine journée en championnat serait d’un grand secours. Les trois points seraient la meilleur vitamine pour le groupe.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *