Jeux olympiques de Londres : La cata du sport marocain

Jeux olympiques de Londres : La cata du sport marocain

Le chiffre 13 ne porte pas chance aux 75 athlètes marocains présents aux olympiades de Londres. Pour sa 13ème participation à ces jeux, le Maroc n’en finit pas, en effet, de ramasser des vestes. Même que la débâcle gagne des terrains réputés sûrs jusque-là.  Dimanche, un nouveau boxeur a décroché au 1er tour portant le nombre des recalés à 3. Après la sortie, samedi, d’Aboubakr Essedik Lbida dans la catégorie des 56 kilos et celle de Nour Eddine Hidioui dans les 75 kg, c’est Mehdi Khalsi qui a fait ses adieux aux compétitions des 69 kg. Il a été, entre-temps, suivi par Ahmed Barki, éliminé aux points par un adversaire chinois pas vraiment transcendant. Avec ce nouveau départ, ils ne restent plus en lice que 4 boxeurs dont une femme.
Ces débuts plus que décevants éloignent davantage de la délégation de boxe marocaine, des chances d’obtenir une médaille dans une discipline pourtant donnée comme sûre. L’autre domaine dans lequel le Maroc pouvait espérer récolter des lauriers, la course à pied, était resté dans les starting-blocks après l’élimination pour dopage de Meriem Alaoui Selsouli, l’athlète la plus en vue de toute la délégation nationale.
Après cette défection, l’échec des autres participants aux éliminatoires des séries des différentes courses a à peine étonné. Naufrage également dans les eaux des bassins londoniens des vedettes de la natation marocaine qui y ont fait sombre figure. Seul le foot paraît être capable d’extirper son épingle du jeu pour le moment. Encore que ce ne soit pas par effet de son propre mérite, mais plutôt parce que son prochain adversaire, l’Espagne, s’est tiré une balle dans le pied. Reste ce qui n’a pas été encore vu. Ainsi de ce taekwondo dont les athlètes rêvent de consécrations multiples.
De tous les arts martiaux qui ne se sont pas encore engagés, c’est probablement le seul qui fasse encore impression. Considérant le déroulement des éliminatoires en judo, probable en effet qu’il n’y ait pas foule passé la première empoignade.
Or donc, les insuccès succédant aux défaites, on est bien en peine de prédire un plus long séjour à la plus nombreuse «délégation nationale de sportifs de toute l’histoire de la participation marocaine aux olympiades». Avec ses 75 athlètes, prétendument les meilleurs dans 12 des disciplines olympiques, et certainement autant sinon plus  d’accompagnateurs, cette délégation est en effet la plus étoffée de toutes celles qui ont tenté l’aventure depuis 1960 à Athènes, au demeurant l’un des meilleurs crus. D’où la question : tout ce petit monde aura-t-il fait le voyage pour rien ? Telles que les choses se sont enclenchées, tout porte à croire qu’au mieux le sport marocain ne peut espérer glaner qu’une médaille de 3ème rang. Exceptionnellement une d’argent.
En tout cas rien qui vaille le déplacement en si grand nombre à un moment où le ministre répète qu’il n’a pas assez d’argent.
Sauf que ce qui est en train de se passer à Londres n’est pas simplement une histoire de crédits et de budget, mais aussi, et surtout, de stratégie. Or de stratégie il n’y en a pas pour l’heure. Sauf à considérer que clamer que le legs de l’ancienne équipe est désastreux en est une.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *