Jones absente des JO

Jones absente des JO

Marion Jones ne courra pas le 100m à Athènes. L’épreuve reine de l’athlétisme mondiale ne verra donc pas participer la championne olympique en titre, après une cinquième place en sélections olympiques américaines du 100m qui ont eu lieu, ce week-end, à Sacramento (Californie). La sprinteuse n’a pu réaliser qu’un modeste 11 sec 14/100.
Les trois premières sprinteuses, en tête desquelles LaTasha Colander, ont elles rejoint automatiquement l’équipe olympique américaine. Les trois premières sprinteuses, en tête desquelles LaTasha Colander, ont, elles, rejoint automatiquement l’équipe olympique américaine.
Déçue par son résultat, Marion Jones a dû quitter en catastrophe la piste d’athlétisme, sans un mot pour les journalistes, ce qui lui valu leurs critiques. «Quand je vous parle vous écrivez des choses négatives et quand je ne parle pas vous écrivez des choses négatives. Je préfère donc ne pas parler et passer du temps avec mon enfant», s’est-elle défendue avant de s’éclipser, faisant allusion a tout ce qui s’était dit dans la presse à propos d’accusations de dopage dont elle est l’objet. La sprinteuse, âgée de 28 ans, qui a réussi à glaner pas moins de cinq médailles lors des Jeux Olympiques de Sydney, se trouve étroitement liée à une enquête de l’Agence américaine antidopage (USADA), en raison des liens qu’elle a pu entretenir avec le laboratoire BALCO, qui produisait des stéroïdes.
L’Américaine a nié, à plusieurs reprises, s’être dopée et affirme n’avoir pas été accusée par l’USADA. Mais Marion Jones n’a pas perdu toute chance de figurer parmi l’équipe américaine qui se dirigera à Athènes. Elle peut encore tenter de faire partie de l’équipe olympique pour les épreuves du 200m et du saut en longueur. Elle pourrait aussi être choisie pour une équipe de relais. La sprinteuse qui a volé la vedette à Marion Jones n’est autre que de LaTasha Colander, une ancienne du 400 m qui s’entraîne depuis 1999 sous la houlette de Trevor Graham, le coach que «Little Marion» avait quitté fin 2002. «Athènes j’arrive!
C’est ce qui m’est passé par la tête lorsque j’ai franchi la ligne d’arrivée», a déclaré la sprinteuse, au summum de l’excitation, qui a couru les 100m en 10 sec 97/100, devant Torri Edwards (11.02), la championne du monde (après la disqualification de Kelli White), et Lauryn Williams (11.10), la révélation de l’année âgée de 20 ans. Colander a réalisé un exploit inhabituel pour quelqu’un qui a débuté sur 110 m haies avant de monter sur 400 m, où elle gagnait, ici-même, 4 ans plus tôt, puis de descendre sur la ligne droite.
Unique explication à cette métamorphose réussie, son entraîneur très contesté. «Coach Graham est un technicien fabuleux, un spécialiste de la vitesse du 400 au 100 m», a déclaré l’athlète, couvrant d’éloges le coach avec lequel elle travaille depuis 1999 en Caroline du Nord et qui a entraîné de nombreux champions mais se trouve mêlée au scandale de dopage DALCO, comme étant celui qui a livré à la police la seringue contenant le nouveau stéroïde indécelable, la tétrahydrogestrinone (THG), à l’origine de l’affaire.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *