KACM-WAC et FUS-OCS : Avec un accent africain

KACM-WAC et FUS-OCS :  Avec un accent africain

La tâche des Marrakchis s’avère très délicate devant les Hajhouj et compagnie. Ils doivent rester sur leurs gardes devant un effectif qui possède un potentiel énorme.

En clôture de la vingt-cinquième journée de la Botola Maroc Telecom D1, deux belles affiches mettant aux prises le KACM au WAC et le FUS à l’OCS sont à l’ordre du jour.

Avant de passer en revue cette double confrontation qui se déroulera avec un accent africain, nous tenons à souligner au passage le ticket arraché au forceps par nos trois représentants engagés dans ces compétitions prestigieuses et de longue haleine : Ligue des champions (WAC) et Coupe de la Confédération (FUS et KACM). Ils ont réalisé le match qu’il fallait pour valider leur billet pour les phases de poules.

Contentons-nous de ce bref aperçu et revenons à notre sujet du jour. Comme au bon vieux temps le clasico opposant le KACM et le WAC, deux grosses cylindrées, suscite beaucoup d’engouement et attire une grande affluence des supporters des deux camps. Seulement, ces derniers temps ceux de la ville ocre brillent par leur absence.

Et pour cause, le Kawkab tarde à retrouver son lustre d’antan : le club est en bas du tableau avec vingt-deux points comme patrimoine et compte un match en retard face au DHJ. Soucieux de récolter les points pour assurer le maintien, la tâche des partenaires de Mohamed Lefkih s’avère très délicate devant les Hajhouj et compagnie. Ils doivent rester sur leurs gardes devant un effectif qui possède un potentiel énorme. Ce dernier n’a qu’une idée en tête : faire oublier la mésaventure face à l’IRT lors de la 23ème journée. En un mot le risque existe car le Wydad, installé au fauteuil de leader avec deux matchs en moins s’il vous plaît, compte bien y rester.

Même son de cloche pour l’OCS qui sera à rude épreuve à Rabat face au club local, le Fath. Mais le coup magistral réussi face à l’IRT lors de la précédente journée a permis aux «Requins mesfouis» de retrouver le sourire et des couleurs. Il suffit que Amri soit remercié pour que l’équipe coachée par son remplaçant Hicham Dmii renoue avec le succès. Comme quoi nul n’est prophète dans son pays. Sera-t-il l’homme de la situation pour assurer cette fin de saison dans le but de sauver son club d’une descente aux enfers ? Il faut des nerfs et les idées claires pour s’en tirer. La rencontre d’aujourd’hui dans la capitale administrative en fait partie. Alors l’OCS sera-t-il en mesure d’inquiéter son adversaire du jour à domicile ? Pour y arriver, ses composantes doivent cravacher dur. Car les hommes de Walid Regueragui sont durs à cuire. Ils impressionnent par la qualité de leur jeu. A un certain moment, ils sont passés du chaud au froid. Depuis le retour du prodige Mourad Batna, l’envie de vaincre est de retour et c’est l’unique solution d’espérer décrocher une place au soleil.

Bouchaïb Kazdar

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *