Karaté national : Mission accomplie

Karaté national : Mission accomplie

Le festival des arts martiaux par excellence s’est clôturé en apothéose. La 4ème édition de la Coupe internationale Mohammed VI a été, de l’avis de tous, d’un niveau semblable à celui des grandes compétitions internationales, dont la Coupe du Monde de la discipline.  
Que ce soit sur le plan organisationnel ou celui de la participation, les termes flatteurs sortis pour l’occasion par les divers chefs de délégations ne peuvent qu’attester d’une réussite notoire.
Lors de cette édition, les karatékas égyptiens ont raflé la mise avec un total de 9 médailles : 3 en or, 4 en argent et 2 en bronze. A rappeler que pour qu’une sélection donnée remporte le trophée, il faut obligatoirement s’adjuger le plus grand nombre de médailles. Ainsi, c’est la première fois qu’une sélection, autre que la sélection marocaine, gravit la plus haute marche du podium. En effet, devenue compétition internationale à partir de sa seconde édition, la Coupe Mohammed VI a été remportée, à deux reprises consécutives, par les karatékas marocains.
Pour cette 4ème édition, la sélection marocaine se contentera de la deuxième place, avec un total de 11 médailles : 3 en or, 3 en argent et 5 en bronze. Il s’en est, ainsi, fallu de peu. Une petite médaille en argent aurait fait la différence. Qu’à cela ne tienne, car le grand gagnant de cette édition n’est autre que le karaté marocain.
En effet, le pari de cette 4ème mouture a été remporté. Désormais, la Coupe internationale MohammedVI figure dans le calendrier de la Fédération internationale de karaté (FIK). À cet effet, la Fédération royale marocaine de karaté (FRMK) avait ratissé large et mobilisé d’importants moyens afin de drainer des participants, en nombre, du monde entier.Objectif atteint, car si l’édition 2004 avait connu la participation de 6 pays, l’édition qui vient de se clôturer a connu la participation de 14 nations. Ceci d’une part. De l’autre, la FRMK a convié un nombre important de grandes figures de la discipline, à leur tête le président de la FIK, l’Espagnol Antonio Espinos, ou encore Abdallah Imtiyaz, président de l’Union africaine de karaté. On notera également la contribution d’un grand du karaté, l’expert grec Stavros Stavrianidis, qui a dirigé un stage de Shotokai auquel les pratiquants marocains ont pris part.
La présence en masse des grosses pointures de la discipline à l’échelle mondiale avait un tout autre objectif: montrer que le Maroc est capable d’orchestrer une manifestation sportive de grande envergure, avec l’art et la manière. Cette importante délégation aura, ainsi, constaté de visu les aptitudes des organisateurs marocains, déduisant qu’il n’y avait aucun souci à se faire sur ce volet-là. En ce sens que la Coupe internationale Mohammed VI est, dorénavant, incluse dans le programme de la FIK.  Sur un autre plan, les objectifs assignés par les organisateurs se rapportaient à la réhabilitation du karaté. En effet, marqué par un manque flagrant sur tous les plans, le karaté aura quelque peu perdu de sa popularité au fil des années. Le président de la FRMK ambitionnait, à la veille de la tenue de la Coupe internationale Mohammed VI, de redorer le blason de la discipline, ainsi que de rehausser son niveau, à travers la réussite de cette édition. Considérant le karaté comme une discipline aussi populaire que le football, Mohamed Mouktabil regrette le fait qu’un sport aussi simple à pratiquer ait subi un tel revers, mettant l’accent sur l’état des lieux qui n’honorait point la discipline. Aujourd’hui, cette crédibilité, qui s’était égarée dans le temps, a été retrouvée.
Pratiquants et encadrant peuvent être confiants dans l’avenir de leur discipline préférée, notamment, après ce véritable coup de fouet qu’a été la 4ème édition de la Coupe internationale Mohammed VI.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *