La bonne affaire du TSC

A l’issue d’un match choc comptant pour la onzième journée, les Tihadis ont réussi à se défaire du WAC pour la seconde fois cette saison, en aller et retour. Le revers des Reds ne fait que concrétiser le mal qui les affecte tout au long de l’exercice en cours. On pourra avancer que le WAC de la saison 2002-2003 va enregistrer des contre-performances jamais vues dans l’histoire de ce prestigieux club.
A cet effet, les dirigeants ainsi que les staff technique doivent impérativement se pencher sérieusement sur la situation et par la même trouver la thérapeutique adéquate avant qu’il ne soit trop tard. Pour ce qui est de ce derby casablancais, les Tihadis, armés de leurs joueurs Retno, Boukhris, Bouzidi, Hannouni, Ichih et consorts, tous en super forme, étaient déterminés à avoir le dernier mot face à un WAC timide et méconnaissable. Les innombrables changements effectués par le manager Sterling, qui jusqu’à présent n’a pas trouvé ses cinq majeurs, n’ont servi à rien. Le TSC a procédé dès le départ avec des contres rapides et des tirs meurtriers aux alentours de la raquette, ce qui a bouleversé la tactique Sterling pour achever le premier quart-temps sur la marque 30-13.
Lors du deuxième quart-temps, Karim Ayadi et ses co-équipiers se sont trouvés perdus devant la furia des hommes de Haj Lamjahed. Les premières vingt minutes se sont donc achevées sur la marque 61-36.
Après la pause, les Rouge et Blanc sont sortis de leur torpeur et commençaient à réduire l’écart pour terminer le troisième quart-temps sur le score de 93-68. Malgré un pressing des Wydadis dans la dernière manche, le chronomètre est arrivé au bout du compte à 116-98. Le nouveau promu, le KAC, a quant à lui, essuyé une autre défaite en se déplaçant chez le Raja de Casablanca. Accrocheurs, les visiteurs ont utilisé tous les moyens pour surprendre les Vert et Blanc mais en vain. Les co-équipiers de Arazane ont su engranger les trois points de la victoire sans trop se dépenser. Score final 69-59.
A Tanger, l’IRT s’est opposé aux FAR. Une rencontre certes déséquilibrée qui a mis aux prises deux équipes aux objectifs différents. La première cherche à rester parmi les candidats au play-off alors que la seconde, lanterne rouge, tente d’échapper à la zone des remplaçables. Le dernier mot est revenu aux locaux qui ont largement battu les militaires sur le score sans appel de 83-64.
A Rabat, le FUS, avec sa pléiade de bons joueurs, Kajjaj, Mouak, Adil Baba, Takori, Abdelmouttalib, n’ont trouvé aucune difficulté pour donner une bonne correction aux co-équipiers de Guermati Badr qui ne pouvait rien devant la grande expérience des Rbatis. Le match s’achève sur le score de 79-56. La capitale spirituelle a abrité à son tour la rencontre qui a opposé le MAS à l’ASS. Privée de son maître à jouer, Mustapha Didouch, suspendu après avoir agressé l’arbitre Taouani lors de la rencontre contre le WAC, l’ASS a subi une autre cuisante défaite et perd ainsi tout espoir de jouer le play-off. Les hommes de Hassan Benkhaddouj l’emportent sur le score de 76-64.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *