La Coupe de l’UFOA, le temps d’une cérémonie

La Coupe de l’Union des fédérations ouest africaines de football a été tuée dans l’oeuf. Et c’est le cas de le dire puisque, passée la cérémonie d’ouverture de cette compétition, le coup d’Etat qui a éclaté depuis jeudi en côte d’Ivoire est venu interrompre son déroulement.
Cette manifestation sportive avait débuté le 18 septembre à Bouaké, avec les oppositions Sénégal-Sierra Leone (1-0) et Côte d’Ivoire-Gambie (5-0) du groupe A et la compétition était programmée jusqu’au 29 septembre, jour de la finale qui allait être jouée au stade Félix Houphouët Boigny d’Abidjan où devait évoluer le groupe B comprenant le Cap-vert, le Mali, le Nigeria et le Togo. Jeudi à l’aube, la côte d’ivoire a été secouée par une tentative de coup d’Etat et les mutins qui contrôlent encore la ville de Bouaké, ont pris en otage le ministre ivoirien des sports et des loisirs, François Amichia.
dans l’hôtel où ils sont logés, joueurs, encadreurs, dirigeants et officiels, attendent impatiemment le dénouement de cette crise afin d’être évacués sur Abidjan d’où ils pourront regagner leurs pays respectifs.
En attendant l’assaut final des forces loyalistes pour libérer la ville, ils tuent le temps comme ils peuvent en jouant aux cartes, aux dames ou aux échecs et se rassurent mutuellement en évitant de penser au pire.
Les équipes du groupe b, ont eu plus de chance que celles de Bouaké et, après la sécurisation de la ville d’Abidjan par les forces de l’ordre et la réouverture de l’aéroport international Félix Houphouët Boigny, les Capverdiens, nigérians et togolais ont, selon le quotidien « fraternité matin », déjà quitté la capitale économique ivoirienne.
Les « Aigles » du Mali devient s’envoler pour Bamako mardi. Ainsi, ces formations quittent la côte d’ivoire sans avoir pu disputer le moindre match de cette coupe UFOA, ce qui constitue un véritable pavé dans la mare de la fédération ivoirienne de football (FIF) candidate à l’organisation de la CAN 2006.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *