La Coupe du monde commence à Twickenham

Le vrai début de l’aventure pour les Bleus sera bien sûr le match d’ouverture, le 7 septembre face à l’Argentine, mais le test grandeur nature qui les attend face à l’ennemi de toujours marque le début des choses sérieuses.
Après avoir soulevé de la fonte et soigné leurs bobos, les hommes de Bernard Laporte vont connaître enfin la fameuse vérité du terrain.
«Je sens les joueurs en forme et affûté après six semaines de préparation», confie le sélectionneur, lui-même impatient de savoir ce que valent ses troupes.
«Avec trois entraînement par jour, les joueurs sentent qu’ils ont plus de vivacité aujourd’hui. Ils ont un peu plus de gaz», souligne ce dernier.  De l’énergie, il en faudra face aux champions du monde en titre, qui ont certes perdu un peu de leur superbe ces dernières années, mais relèvent la tête comme l’a démontré leur écrasant succès sur les Gallois, le week-end dernier sur cette même pelouse de Twickenham (62-5).
En outre, faut-il le rappeler, des Anglais que l’on disait moribonds avaient privé la France du Grand Chelem dans le tournoi des Six Nations en la dominant 26-18 en mars dernier, toujours à Twickenham.
La lutte pour les places de titulaire lors de la Coupe du monde ajoutera encore du piment à une rencontre qui devrait permettre à Fabien Pelous d’honorer sa 111e sélection, égalant ainsi le record de Philippe Sella.
«C’est vrai qu’il n’y a pas la pression du résultat mais il y a une compétition en interne, entre les joueurs», confirme Bernard Laporte. «Ce match de préparation permettra d’acquérir du rythme, de retrouver les ingrédients de la compétition comme le stress d’avant match», rajoute ce dernier. Face à l’Angleterre plus que face à tout autre adversaire, Bernard Laporte le sait bien, est d’abord un sport de combat. Il faudra donc se
retrousser les manches et se cracher dans les mains avant de relever le défi du pack anglais, surpuissant face aux Gallois.
«Il y a des choses incontournables dans le rugby à commencer par l’engagement», martèle Laporte. «L’important, c’est de gagner les duels, d’être présent au combat. Les Gallois ne l’ont pas fait, on a vu le résultat», reléve-t-il.Avec les retours, non seulement de Fabien Pelous mais également de Frédéric Michalak à l’ouverture, la France, dont la seule véritable inquiétude avant la Coupe du monde concerne le pilier Sylvain Marconnet, aura de l’allure.
Les Anglais, eux, ont tout changé, ne conservant que quatre titulaires par rapport au XV de départ face aux Gallois. Le sélectionneur Brian Ashton, qui cherche toujours la bonne formule, a ainsi rappelé au poste de numéro huit l’ancien capitaine Lawrence Dallaglio, guerrier de devoir s’il en est.
Quant à l’ouvreur Jonny Wilkinson, le symbole du triomphe anglais à la dernière Coupe du monde qui semble sur le point de retrouver son meilleur niveau après des blessures à répétition, il débutera sur le banc.
Avant ce choc sulfureux, Bernard Laporte a tenté de calmer la polémique lancée par ses propres propos sur le dopage dans le rugby, tenus le mois dernier et qui visaient directement les Anglais. De toute façon, les Anglais n’avaient pas besoin d’une pique décochée par le futur membre du gouvernement pour se motiver avant d’affronter un adversaire qu’ils ont toujours aimé meurtrir.
L’ équipe de France sera représentée par : 15-Clément Poitrenaud, 14-Vincent Clerc, 13-David Marty, 12-Yannick Jauzion, 11-Aurélien Rougerie – 10-David Skrela, 9-Pierre Mignoni – 8-Julien Bonnaire, 7-Rémy Martin, 6-Serge Betsen, 5-Jérôme Thion, 4-Fabien Pelous – 3-Jean-Batiste Poux, 2-Raphaël Ibanez (capitaine), 1-Olivier Milloud. Les remplaçants quant à eux seront,  Dimitri Szarzewski, Nicolas Mas, Sébastien Chabal, Yannick Nyanga, Jean-Baptiste Elissalde, Frédéric Michalak, Cédric Heymans.
Les joueursde l’Angleterre qui affronteront la France seront, 15-Nick Abendanon, 14-Paul Sackey, 13-Jamie Noon, 12-Mike Catt (capitaine), 11-Josh Lewsey, 10-Olly Barkley, 9-Shaun Perry, 8-Lawrence Dallaglio, 7-Joe Worsley, 6-James Haskell, 5-Ben Kay, 4-Simon Shaw, 3-Matt Stevens, 2-Mark Regan, 1-Andrew Sheridan. Les remplaçants seront,  Lee Mears, Phil Vickery, Martin Corry, Steve Borthwick, Andy Gommarsall, Jonny Wilkinson, Danny Cipriani.     

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *