La dernière ligne droite

La dernière ligne droite

Le chemin de la Tunisie passe par Bata en Guinée Equatoriale. Les Lions de l’Atlas y affrontent ce dimanche la sélection locale pour le compte de la dernière journée des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations 2004. Premier du groupe 7 avec un total de 13 points, le Maroc pourrait se suffire d’un match nul pour assurer sa présence en Tunisie mais surtout pour éviter tout calcul de dernière minute. En effet, nos poursuivants immédiats, les Sierraléonais, qui campent à la seconde place du groupe avec dix points, affrontent le Gabon à Libreville. A l’affût du moindre faux-pas des Marocains, les co-équipiers du sociétaire de l’Inter Milan Mohamed Kallon se trouvent obligés de vaincre avec le plus grand score possible, gooal average oblige. La sélection de Badou Zaki, qui s’est envolée dans la soirée du jeudi 3 juillet à bord d’un avion spécial, est déterminée à ne laisser aucune place à ces incertitudes. Il est vrai qu’elle part favorite sur le papier face à un hôte équato-guinéen, dernier du groupe avec trois points récoltés contre le Gabon (2-1). Mais la prudence doit rester de mise puisque plusieurs de ses piliers ne sont pas du voyage. En effet, le capitaine des Lions de l’Atlas Noureddine Naybet, Youssef Chippo, Samir Boughanem, blessés et Marwane Chemmakh, qui n’a pu avoir ses vaccins, ne défendront pas les couleurs nationales à Bata. Des absences qui marqueront sûrement l’harmonie du groupe essentiellement en défense et en milieu. Aussi Badou Zaki a-t-il renforcé les arrières de son équipe en faisant appel à Noureddine Kacimi, Walid Regragui, Abdelilah Fahmi, Abdessalam Ouadou et Talal Kerkouri entre autres. Le milieu de terrain sera occupé notamment par Nabil Masloub, Moha Yaâcoubi et Mourad Hdioued. Les deux fers de lance de la sélection marocaine lors de cette rencontre seront Nabil Baha et Jawad Zaïri, qui sont en train de devenir les nouveaux chouchous du public. Le 13 octobre dernier, ce même adversaire a reçu une sévère correction au complexe sportif Moulay Abdellah à Rabat pour le compte de ces éliminatoires. Il a été battu par cinq buts à zéro. Ce dimanche à Bata, les Lions de l’Atlas visent le même résultat. L’enjeu est de taille puisqu’il s’agit du plus grand rendez-vous footbalistique du continent africain. Et c’est d’autant plus important qu’il s’agit d’une compétition où nous trouvons les plus grandes difficultés à s’illustrer. Un excès de confiance de la part des hommes de Badou Zaki serait sans aucun doute fatal. Il suffit d’avoir en tête la cuisante défaite face au Sénégal à Dakar lors de la dernière journée des éliminatoires de la Coupe du monde 2002. Le billet qualificatif nous a filé entre les doigts alors qu’un seul point nous suffisait. L’histoire se répètera-t-elle ce dimanche ?

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *