La déroute des clubs espagnols

Défait par deux fois face à La Corogne du Marocain Naybet lors de la première phase de cette Ligue des Champions, Manchester savait à quoi s’attendre avant le coup d’envoi de cette rencontre dans l’antre du Riazor. Ce sont pourtant les joueurs de La Corogne qui se sont créés les premières occasions de marquer.
Manchester réagissait immédiatement. Mais les tentatives de Beckham et de Van Nistelrooy trouvaient à chaque fois sur leur route un Molina des plus vigilants. Une vigilance qui n’a pourtant rien pu contre une frappe fantastique de Beckham. Un premier but du MU s’en est suivi. Piqués au vif, les joueurs de La Corogne ont connu un très bon, mais stérile quart d’heure. Et c’est l’Irlandais Van Nistelrooy qui a crucifié le même Molina. Manchester United a terminé la première période sur ce score avantageux (0-2). Même grand, le match a été parsemé de quelques bémols. À commencer par la sortie sur blessure du capitaine des Red Devils, Keane, qui devrait être absent trois à quatre semaines. La fin de la rencontre a également été ternie par un très vilain tacle de Tristan sur Beckham contraint à sortir sur une civière (92e). Un mauvais geste dû à la grande frustration des Espagnols dans ce match.
Si tout s’est bien passé pour le MU, le Bayern Munich a eu, pour sa part, toutes les peines du monde à venir à bout du Real Madrid. Après avoir été mené par 1-0 pendant plus de 80 minutes, les Allemands ont réussi, grâce à Effenberg à réduire la marque avant que Pizzaro ne donne l’avantage aux Bavarois à deux minutes de la fin. Il était difficile de faire un pronostic avant ce match aller des quarts de finale de la Champions’ League entre le Bayern Munich privé de Scholl et le Real Madrid sans Figo. Seul Raul était présent à la pointe de l’attaque du côté madrilène, mais les artistes ibères n’ont pas eu besoin de beaucoup d’occasions pour trouver l’ouverture grâce à un premier but du Camerounais Geremi. Le bal était donc ouvert et les Bavarois semblaient en manque de créativité face à la défensive ibère.
Au retour des vestiaires, les hommes d’Ottmar Hitzfeld ont pris d’assaut la moitié de terrain madrilène, soutenus par un public en effervescence du Stade Olympique qui redonnait de la voix. Le bonheur du Real a été de courte durée. Effenberg s’est appuyé sur Elber pour se démarquer et tromper Cesar d’un tir croisé, délivrant au passage tout le banc du Bayern. Un nouveau raz-de-marée munichois s’en suivi. C’est Pizzaro, sur une nouvelle passe décisive du brésilien Elber, qui a donné la victoire finale au Bayern. Quelques tensions sont venues ternir le tableau final, mais les deux formations se sont quittées en sachant que tout se jouera au match retour au stade Bernabeau. Un seul but qualifierait le Real.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *