La Fédération royale marocaine de football met fin à son contrat avec l’entraîneur Henri Michel

La Fédération royale marocaine de football met fin à son contrat avec l’entraîneur Henri Michel

La Fédération royale marocaine de football (FRMF) a décidé jeudi de mettre un terme au contrat qui le lie à l’entraîneur français de l’équipe nationale Henri Michel, au terme de la réunion du Bureau fédéral. Cette décision intervient au lendemain des débats houleux qui ont marqué une réunion de la commission des secteurs sociaux à la Chambre des représentants et qui a été consacrée à l’échec de l’équipe nationale lors de la dernière CAN. L’élimination prématurée et imprévisible  des Lions de l’Atlas dans la Coupe d’Afrique des nations qui se poursuit actuellement au Ghana était au cœur du débat tenu mercredi au sein de Parlement. Ont pris part à cette rencontre, la ministre de la Jeunesse et des Sports, Nawal El Moutawakil ainsi que des membres de la Fédération royale marocaine du football (FRMF). La ministre  a indiqué que l’échec de la sélection nationale au Ghana reflète la réalité du sport  national qui continue de faire l’objet d’«une gestion d’amateurs» au lieu d’«opter pour le professionnalisme, ce qui se répercute négativement sur sa compétitivité lors des rencontres sportives régionales, continentales et internationales, et aussi sur son aptitude à accompagner les mutations que connaît la scène sportive internationale». En réponse  aux diverses  questions posées par les députés, notamment, sur l’absence d’une politique claire capable de mettre en valeur les compétences nationales tant au niveau des joueurs qu’à celui des entraîneurs, elle a déclaré  que plusieurs difficultés entravent le développement du football ayant trait notamment au manque d’infrastructures sportives et de centres de formation, et à l’obsolescence du cadre juridique qui n’est plus en mesure d’accompagner les mutations du football au niveau international, et en particulier le passage au professionnalisme. Les députés ont aussi insisté sur la nécessité de mettre en place les moyens logistiques et le cadre juridique requis pour favoriser la pratique de ce sport au plus haut niveau, tout en s’arrêtant sur les points faibles du football national, notamment la faiblesse du niveau du championnat, le manque de transparence dans la gestion aussi bien au niveau des clubs qu’à celui de la fédération, outre le manque de préparation. Ils ont appelé à la mise en place d’un plan d’urgence pour sauver le sport national, à l’augmentation de la part du budget consacré à ce secteur, à la rationalisation de la gestion et à la réhabilitation du sport scolaire et universitaire. La ministre a fait savoir aussi que le contrat-programme conclu entre le gouvernement et la FRMF en 2005 constitue une feuille de route pour le développement du football national à travers l’aménagement des infrastructures, la création de centres de formation, la modernisation des modes de gestion de la Fédération et des clubs et la mobilisation des ressources financières nécessaires. S’agissant des dépenses de l’équipe nationale lors de son périple au Ghana, la ministre a indiqué qu’elles ont atteint 1,72 million DH, précisant que le salaire mensuel d’Henri Michel ne dépasse pas 450.000 DH.


Mohamed Aouzal  impute la responsabilité  à Henri Michel
Le vice-président de la Fédération royale marocaine de football (FRMF), Mohamed Aouzal, a imputé, mercredi, la responsabilité de l’élimination prématurée de l’équipe nationale de la CAN 2008 à Henri Michel. Au cours d’une réunion de la commission des secteurs sociaux à la Chambre des représentants, consacrée aux causes de l’élimination et de la piètre prestation du onze national lors de cette compétition continentale, M. Aouzal a souligné, en réponse aux questions des députés, que le Maroc dispose d’une équipe complémentaire, surtout au niveau de l’attaque, affirmant que les erreurs techniques de l’entraîneur étaient derrière l’élimination de l’équipe nationale dès le premier tour. Concernant la continuité du sélectionneur Henri Michel à la tête de l’équipe nationale, M. Aouzal a indiqué que le Bureau fédéral se réunira pour trancher cette question. Le vice-président de la FRMF a ajouté, lors de cette réunion que Henri Michel est lié à la Fédération par un contrat de trois ans avec pour objectif principal la qualification à la Coupe d’Afrique 2010 en Angola et à la Coupe du monde en Afrique du Sud la même année. «Le contrat peut être résilié à tout moment à condition d’un préavis de trois mois sans avoir à verser une contrepartie financière», a-t-il dit. Il a en outre souligné la détermination de la FRMF à vérifier ses comptes financiers, à appliquer la bonne gouvernance, à assurer la coordination avec l’institution législative et à présenter à cette dernière les documents nécessaires, dans le cadre de sa mission de contrôle.


Youssef  Hadji : Retravailler avec Henri  Michel  «va être difficile»
L’international marocain Youssef Hadji s’en est pris, au sélectionneur national, Henri Michel, après l’élimination au premier tour de la CAN 2008 au Ghana, estimant que «retravailler avec lui va être difficile». «Quand il (Henri Michel) est rentré au Maroc, il a fait une grosse erreur. Il a critiqué les joueurs en disant qu’ils n’avaient pas le niveau. On se sent trahis. C’était lâche de sa part», confie l’attaquant nancéen. Selon Hadji, le sélectionneur national n’a pas su régler les problèmes internes qui ont miné le groupe marocain. «Il les a sentis, mais il n’en a parlé que quand il a été critiqué, à son retour», indique l’international marocain, pour qui Henri Michel aurait dû rassembler les joueurs tant qu’il était encore possible de changer les choses et pas quand c’était fini pour se protéger devant les médias marocains.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *