La Fiorentina au bord de la faillite

Rien ne va plus pour la Fiorentina. Une dizaine de joueurs du club de la première division italienne se sont retournés contre leur propre équipe en demandant sa mise en faillite.
L’annonce de cette volonté de liquidation du club, l’un des plus grands en Italie et qui a marqué des années durant l’histoire du Calcio, a été faite par le capitaine de l’équipe, Angelo Di Livio. La cause, comme on peut le deviner, de cette décision n’est autre que le nouveau retard dans le paiement des salaires des joueurs de la part de Vittorio Cecchi Gori, propriétaire du club. C’est désormais chose faite, les lettres demandant la mise en faillite de la Fiorentina, avec avis de réception, ont déjà été expédiées à la Ligue des clubs professionnels. Insistant sur la volonté de maintenir le club, le capitaine Di Livio a déclaré jeudi dernier que «la Fiorentina n’est pas une équipe divisée, et le fait que la décision ait été prise à titre individuel ne veut pas dire que le groupe ne soit plus uni. Nous continuons de faire bloc autour d’un objectif qui nous tient tous à coeur, le maintien, et nous voulons lutter jusqu’au bout pour y parvenir ». Cela fait plusieurs mois que le club est aux prises avec de sérieux problèmes économiques et qui ont eu des retombées des plus négatives sur le fonctionnement de l’équipe.
Même si elle a permis à l’équipe de maintenir le cap pendant un certain moment, la vente de certains joueurs-vedettes, dont le gardien international Francesco Toldo, transféré à l’Inter de Milan, le Portugais Rui Costa au Milan AC, n’avait pas permis d’éponger une partie infime de son important déficit. À la crise financière s’ajoute les conflits intestinaux qui rongent la Fiorentina. La formation est la cible d’une série de désaccords entre son propriétaire, le producteur de cinéma Vittorio Cecchi Gori, et plusieurs dirigeants. La conséquence directe en a été la démission de l’entraîneur Roberto Mancini le 11 janvier dernier. Il avait été remplacé par Ottavio Bianchi trois jours plus tard.
Une solution semble planer dans l’horizon. Un nouveau dirigeant, le fils du président du club néerlandais du Feyenoord Rotterdam (D1 néerlandaise), Joeri van Den Herik, a fait son entrée le 31 janvier comme associé de Cecchi Gori. Cette introduction de Van Den Herik dans l’organigramme toscan devrait permettre à la Fiorentina d’augmenter son capital de 12 à 25 millions d’euros et de régler ses dettes envers les joueurs.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *