La France obtient le nul en Roumanie

La France obtient le nul en Roumanie

Les Bleus ont arraché un nul méritoire (2-2) en Roumanie, en qualification du Mondial-2010 (Gr7), donnant un peu d’air à Raymond Domenech. C’est le conseil fédéral mercredi prochain qui décidera du sort du technicien national, qui était sur la sellette avant ce match. Les Bleus ont maintenant quatre points après trois matches. Le technicien national s’en sortira-t-il encore une fois, lui qui a déjà survécu au fiasco de l’Euro avec un conseil fédéral qui l’avait maintenu en poste le 3 juillet?
La question est posée. Ce qui penche en sa faveur, c’est que les Bleus ramènent un nul méritoire d’un match difficile et très mal engagé. Comment alors se séparer d’un entraîneur après ce qui peut être considéré comme un bon résultat à l’extérieur?
La défense n’a pas plaidé pour Domenech dans ce match. Elle a sombré en première période. En revanche, le sélectionneur pourra dire merci à Ribéry, buteur et Gourcuff, buteur et passeur décisif. Le début de match fut un calvaire. Il y a tout d’adord la malchance, contre laquelle Domenech ne peut rien. C’est Vieira, qui pendant l’échauffement avant le match montre son mollet droit, puis trottine vers les vestiaires et déclare forfait juste avant la rencontre.
Puis c’est une défense aux abois qui coule. Là, il sera sans doute reproché des choix au sélectionneur. Pourquoi avoir choisi par exemple de titulariser pour la première fois en défense centrale une paire Boumsong-Abidal. Le premier joue très peu en ce moment à Lyon et le second a pour véritable poste celui d’arrière gauche, même s’il s’en était bien sorti dans l’axe lors du dernier match des Bleus et la victoire contre la Serbie (2-1). Les deux joueurs ont multiplié les erreurs. Boumsong est notamment coupable sur le deuxième but des Roumains, une tête de Goian sur un corner (2-0, 17e). Et encore un but encaissé sur coup de pied arrêté, exercice maudit pour les Bleus. Avant cela, c’était le côté gauche de la défense, qui avait pris l’eau, Evra étant fautif sur le premier but de Petre, sur une action dans le jeu cette fois 1-0. Ribéry, qui faisait son grand retour de blessure parmi les Bleus, a été à l’origine de l’éclair qui a redonné un peu d’espérance aux Bleus. Le meneur du Bayern Munich a jailli sur une ouverture de Gourcuff (qui aura été lancé par Domenech, un bon point pour lui) pour le premier but français (2-1, 37e). Gourcuff a ensuite redonné de l’air aux Bleus et à Domenech en égalisant (2-2, 69e).

• Par Philippe Grelard (AFP)

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *