La France s’offre le Brésil, l’Allemagne en échec face à l’Italie

La France s’offre le Brésil, l’Allemagne en échec face à l’Italie

La France, contre un Brésil vite réduit à dix, s’est offert un succès de choix (1-0) mercredi en amical, pendant que l’Argentine de Messi dominait le Portugal de Cristiano Ronaldo (2-1) et que l’Allemagne concédait le nul face à l’Italie (1-1). Après une victoire d’estime à Wembley contre l’Angleterre (2-1) en novembre dernier, les Bleus ont décroché un succès encore plus prestigieux contre la Seleçao au Stade de France, et ainsi confirmé que la reconstruction avance, en s’appuyant à nouveau sur un Karim Benzema buteur. Discuté au Real Madrid où il peine à s’imposer, l’attaquant français a été omniprésent en attaque, se créant pléthore d’occasions, et une première fois décisif, en provoquant peu avant la mi-temps, l’exclusion de Hernanes, coupable d’un pied haut dangereux. L’Allemagne, qui espérait prendre sa revanche contre l’Italie, cinq ans après avoir été éliminée en demi-finale de «son» Mondial par la Squadra Azzurra (0-2 a.p.), a dû se contenter du nul. Sans Ballack, mais avec des jeunes (Götze, Schmelzer, Bender, Grosskreutz et Hummels) empruntés à Dortmund, leader de la Bundesliga, la Mannschaft a d’abord ouvert le score par Klose. Mais les Italiens, avec Buffon de retour après sept mois d’absence, et grâce à Rossi en fin de match, ont refroidi l’ambiance dans le Westfallenstadion. A Genève, L’Argentine est finalement venu à bout du Portugal (2-1) au terme d’un match de bon niveau marqué par le duel qui a tenu ses promesses entre Cristiano Ronaldo, le Madrilène, et Lionel Messi, le Barcelonais, qui a donné la victoire sur penalty à l’Albiceleste. Messi, incisif, avait déjà offert le premier but à Di Maria après un festival de dribbles, quand Ronaldo parvenait à égaliser de façon opportuniste peu après. L’Angleterre, quant à elle, a ramené une victoire (2-1) de Copenhague contre le Danemark. En l’absence notamment de Gerrard (mollet) et Ferdinand (adducteurs), le jeune milieu d’Arsenal Jack Wilshere faisait ses grands débuts. Mais c’est Christian Eriksen, grand espoir du football danois, qui a été à l’origine du premier but inscrit par Agger (8e). Bent, après un beau travail de Walcott, a évité aux Anglais de gamberger en égalisant deux minutes plus tard, avant que Young n’assure la victoire anglaise en seconde période.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *