La FRMF en crise

La FRMF en crise

Au moment où tout le peuple marocain fêtait ses héros, sacrés vice-champions d’Afrique le 14 février à Tunis, la Fédération royale marocaine de football (FRMF) connaissait un grand malaise. Cette même instance qui a perdu son représentant au sein de la CAF, Saïd Belkhyat, non soutenu, qui a perdu son poste à l’exécutif de cette dernière fin janvier dernier.
Déclarations de part et d’autre ont donc ponctué les derniers quinze jours et ont tenu en haleine les fans du football au Maroc, ainsi que des démissions, démenties quelques jours plus tard, et accusations échangées par voie de presse.
Mais ce sont surtout les nombreuses sorties médiatiques du trésorier et président de la commission technique de la fédération, Abdellah Benhsaïn, qui ont attisé le feu. Ce dernier n’a cessé de dénoncer le climat qui règne au sein de la FRMF. Après le retour de l’équipe nationale olympique de Doha au Qatar où elle a pris part au tournoi de l’Amitié, compétition qu’elle a d’ailleurs remportée, le membre fédéral a réagi quant à la manière avec laquelle ont été distribuées les primes des joueurs. Opération effectuée sur le chemin du retour par un autre membre fédéral, Mohamed Guertili cette fois-ci, responsable de la délégation marocaine au Qatar. Ayant perçu la somme de 500.000 dollars, prime réservée au vainqueur par les organisateurs, en liquide, ce dernier a remis quelque 6500 dollars (65.000 dirhams) à chaque joueur. Ce qui a engendré le mécontentement des olympiques à qui a été promise la somme de 100.000 dirhams en cas de victoire, mais surtout celle du trésorier de l’instance fédérale. Ce dernier a vite fait d’envoyer une correspondance officielle à Mohamed Guertili lui demandant des justificatifs quant à quelque 180.000 dollars distribués avant le retour de la délégation au Maroc.
L’amateurisme avec lequel a été organisée la rencontre amicale entre la sélection nationale « B » et la Suisse met également à nu la mésentente qui règne actuellement au sein de l’instance chargée de la gestion du football national, que certains membres n’ont pas hésité à dénoncer. La programmation des prochaines rencontres des Lions de l’Atlas, qui devraient entrer dans le cadre de la promotion de la candidature du Maroc à l’organisation de la Coupe du monde 2010, a envenimé la situation. La FRMF a proposé des rencontres contre deux équipes américaines, Argentine et Etats-Unis, alors que le sélectionneur national Baddou Zaki aurait préféré affronter des sélections africaines pour préparer les prochaines échéances, à savoir les éliminatoires du Mondial 2006, ainsi que ceux de la prochaine Coupe d’Afrique des nations qui aura lieu la même année en Egypte. Si la date du 28 avril a été officiellement retenue par la rencontre Maroc-Argentine, l’équipe contre laquelle les co-équipiers de Naybet devraient jouer le 31 mars n’est toujours pas connue, après le retrait de la sélection américaine. Des contacts sont en cours avec la Zambie à cet effet. Cette situation a poussé le même Abdellah Benhsaïn à démissionner de son poste de président de la commission technique cette fois-ci.
Contacté par Aujourd’hui Le Maroc, ce dernier a vite fait de démentir cette démission qu’il avait pourtant annoncée dans les colonnes de la presse nationale quelques jours auparavant.
La position officielle de la FRMF est toute différente. Son secrétaire général Mohamed Moufid avoue l’existence de dissensions mais en minimise les conséquences. « De tout temps, les dissensions ont existé au sein de la Fédération royale marocaine de football », a-t-il déclaré. Réagissant aux différentes déclarations relayées par la presse nationale, M. Moufid, qui est également porte-parole de la fédération estime que « le programme de l’équipe nationale a été mis en place avant l’été 2002 ». Et d’ajouter : « Auparavant, les performances de l’équipe nationale n’étaient que le fruit de travail individuel et ne s’inscrivaient pas dans un plan d’action global. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Ce que l’équipe « A» a réalisé, mais aussi « B », olympique et juniors, est un résultat collectif. Actuellement, il n’y a plus de place pour les individualités au sein de la fédération».
Profondes dissensions ou tout simplement un problème de communication? Personne ne pourrait répondre à cette question. Toujours est-il qu’une réunion du bureau fédéral, tant attendue depuis le retour des Lions de l’Atlas de leur aventure africaine, est programmée dans les prochains jours. « Nous n’envisageons pas de nous réunir sans le président de la FRMF impliqué directement dans la gestion des conséquences du séisme qui a frappé la province d’El Hoceima ».

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *